Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 19 novembre 2015.

Publié le 20 Novembre 2015
Mis à jour le 12 mai 2019

A la Une

Journée européenne d'information sur les antibiotiques : état des lieux de la consommation et de la résistance aux antibiotiques en FranceL'utilisation massive et répétée d'antibiotiques génère au fil du temps une augmentation des résistances bactériennes qui menacent l'efficacité des traitements et ont un impact de santé publique considérable : en France, 158 000 personnes contractent chaque année une infection à bactérie multi-résistante et 12 500 (soit 8 %) en décèdent.La résistance aux antibiotiques en France bien que n'atteignant pas la magnitude observée chez certains de nos voisins proches, comme l'Italie, la Grèce, ou les pays d'Europe de l'Est, est cependant bien supérieure à celle des pays scandinaves, de la Hollande ou de l'Allemagne, pays qui consomment très peu d'antibiotiques. La France se situe parmi les pays les plus consommateurs en Europe, juste derrière la Grèce. Elle consomme 30 % de plus que la moyenne européenne, 3 fois plus que les pays les plus vertueux, qui nous sont à bien des égards comparables. Cette surconsommation entraine une dépense injustifiée de 71 millions d'euros par rapport à la moyenne européenne, et de 441 millions par rapport aux pays les plus vertueux.A l'occasion de la journée européenne d'information sur les antibiotiques du 18 novembre 2015, l'Institut de veille sanitaire (InVS) et l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) publient, pour la deuxième année consécutive, un bilan des données de consommation et de résistance aux antibiotiques en France sur une période de dix ans (2004-2014) et pour la première fois des données de pharmacovigilance relatives aux effets indésirables des classes d'antibiotiques.Après 3 années de hausse consécutive, la consommation d'antibiotiques en ville a légèrement diminué en 2014, néanmoins l'évolution de la consommation au cours de ces dix dernières années s'inscrit toujours dans une tendance globale à la hausse. Dans les établissements de santé, la consommation est en revanche restée stable entre 2013 et 2014. Un usage plus important des carbapénèmes, antibiotiques dits de dernier recours, a toutefois été observé en 2014.Concernant l'évolution des résistances aux antibiotiques, une vigilance renforcée est toujours nécessaire pour les entérobactéries à cause notamment de l'augmentation des souches productrices de BLSE (bêta-lactamases à spectre étendu) et de l'émergence particulièrement préoccupante des entérobactéries productrices de carbapénémases.Au regard de ces résultats, la mobilisation durable et déterminée des prescripteurs, des patients et des pouvoirs publics reste indispensable pour promouvoir le bon usage des antibiotiques.

Année de publication : 20/11/2015