Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 12 février 2015.

Publié le 16 Février 2015
Mis à jour le 12 mai 2019

A la Une

De l'utilisation des inhibiteurs de la neuraminidase contre la grippe actuelleL'European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) a confirmé le 30 janvier 2015 la prédominance d'un virus Influenza A(H3N2), différent de la souche vaccinale à 70 %. Il prévoit une saison plus sévère que l'hiver dernier et recommande le recours aux antiviraux dans un article publié en ligne le 29 janvier par Eurosurveillance. Plus de 95 % des patients hospitalisés ou admis en soins intensifs avec une grippe sont infectés par un virus A, en majorité de sous type A(H3N2).Les saisons où le virus A(H3N2) prédomine sont plus sévères chez les personnes âgées et les personnes à risque de complications que celles dominées par des virus A(H1N1) ou B. L'ECDC rappelle que, même si la vaccination ne devrait pas offrir cette saison la protection attendue, elle reste " l'outil de choix pour prévenir les pathologies sévères et potentiellement fatales dans les groupes à risque ". Etant donné que les virus circulants sont sensibles aux inhibiteurs de la neuraminidase (INA), il préconise d'y recourir en traitement curatif et en prophylaxie post-exposition, en particulier chez les personnes à risque de complication.Le Haut Comité de Santé Publique (HCSP) a souligné dans son avis du 9 novembre 2012 l'importance de la vaccination grippale saisonnière pour les populations ciblées par les recommandations du calendrier vaccinal en vigueur. Il recommande une utilisation ciblée des INA et quels que soient les antécédents vaccinaux suivant les modalités suivantes :- un traitement curatif par les INA chez les personnes symptomatiques à risque de complications ciblées par la vaccination, présentant d'emblée une forme grave ou s'aggravant, ou nécessitant une hospitalisation pour grippe ,- un traitement préemptif par les INA, c'est-à-dire à dose curative, chez les personnes encore asymptomatiques mais jugées à risque très élevé de complications grippales par le médecin, et en étroit contact avec un cas confirmé ou cliniquement typique de la grippe ,- un traitement prophylactique en post-exposition par les INA uniquement chez les personnes à risque de complication.

Année de publication : 16/02/2015