Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 10 décembre 2015.

Publié le 11 December 2015
Mis à jour le 12 mai 2019

A la Une

Le PE s'enrichit d'un chapitre virologique. A partir de cette semaine, le laboratoire de virologie du CHU de Dijon, qui est aussi Centre national de référence (CNR) des virus entériques, participera au point épidémiologique hebdomadaire en transmettant les données de circulation des virus respiratoires en Bourgogne et des virus entériques en Bourgogne et Franche-Comté.Le laboratoire de Virologie (Dr Jean-Baptiste Bour) et le CNR des virus entériques (Pr Pierre Pothier) développent des activités de surveillance épidémiologique et de recherche sur : l'épidémiologie des gastroentérites virales, la réponse immune aux infections virales entériques et les stratégies vaccinales, ainsi que sur l'épidémiologie et la réponse immune aux infections respiratoires. Ils collaborent naturellement avec l'InVS, IFREMER, ANSES, INSERM, ANRS, d'autres CHU, Euro-CDC, RIVM (NL) et Health Protection Agency (UK).Ils participent également à plusieurs réseaux nationaux et européens de recherche : surveillance épidémiologique et caractérisation des virus entériques (réseaux NoroNet, EuroRotaNet) , réponse immune aux infections respiratoires chez le sujet âgé , réseau national de surveillance des infections à rotavirus en milieu pédiatrique. Le laboratoire assure aussi la veille diagnostique opérationnelle pour les virus agents potentiels de crise sanitaire (grippe aviaire, coronavirus, dengue, chikungunya ...).Afin de permettre de suivre l'évolution régionale des principales souches virales respiratoires circulantes ainsi que celle des virus entériques, la page 5 reprendra les données virologiques en deux figures (figures 7 et 8).La figure ci-dessous présente les souches caractérisées l'hiver dernier par le laboratoire (principales souches grippales, virus respiratoire syncytial (VRS), métapneumovirus et rhinovirusentérovirus).On y retrouve notamment la période de circulation du VRS entre novembre et avril et la circulation des virus de grippe (la souche A(H3N2) a été majoritaire pendant la période épidémique, tandis que la souche B a continué à circuler après l'épidémie).

Année de publication : 11/12/2015