Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 7 août 2014.

Publié le 14 Août 2014
Mis à jour le 30 juillet 2019

A la Une - Epidémie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest – point au 5 août 2014

Avec 1 603 cas et 887 décès rapportés (létalité observée de 55 %), l'épidémie actuelle fièvre hémorragique virale (FHV) à virus Ebola est sans précédent tant du point de vue du nombre de cas rapportés, de l'étendue géographique (Guinée, Liberia, Sierra Leone, Nigeria) et de la transmission avérée en zone urbaine. Le risque d'importation du virus Ebola par le biais des voyageurs au sein de l'Union européenne ou en France est très faible mais ne peut être totalement exclu. Tout cas suspect doit se signaler au Centre 15 afin d'être classé (exclu ou possible, en lien avec l'InVS et l'ARS) et être pris en charge le plus tôt possible. Toute hospitalisation d'un cas suspect ou possible doit conduire à la mobilisation de l'équipe opérationnelle d'hygiène de l'établissement. Un cas suspect est défini comme toute personne présentant, dans un délai de 21 jours après son retour de la zone à risque, une fièvre supérieure ou égale à 38,5°C. Il doit être isolé et porter un masque chirurgical, les contacts avec des intervenants – protégés – et les prélèvements sanguins doivent être limités au strict minimum. Dans cette situation, la prise en charge d'un cas suspect, d'autant plus qu'il existe des signes de gravité, doit prendre en compte un diagnostic de pathologies tropicales endémiques de la zone à risque (paludisme, FHV de Lassa, fièvre jaune…) ou d'autres maladies cosmopolites. Le cas échéant, sa prise en charge doit être effectuée dans un établissement de santé doté d'un laboratoire de type L3 (ex P3).Un cas possible est un cas suspect (1) pour lequel une exposition à risque avérée a pu être établie dans un délai de 21 jours avant le début des symptômes, ou (2) qui présente une forme clinique grave compatible avec une fièvre hémorragique virale à virus Ebola sans évaluation possible des expositions à risque. Une confirmation biologique devra être réalisée par le Centre National de Référence des Fièvres hémorragiques virales (FHV) (résultat attendu dans un délai de 12 heures). La prise en charge doit s'effectuer dans l'établissement de santé de référence de la zone de défense. Le transfert du cas doit s'effectuer par la régulation du SAMU-Centre 15 en mettant en oeuvre les mesures d'hygiène décrites dans l'avis du Haut Conseil de Santé Publique.