Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 23 décembre 2014.

Publié le 23 December 2014
Mis à jour le 12 mai 2019

A la Une

Quelle épidémie de grippe cet hiver ?La vaccination antigrippale a pour objectif de limiter le nombre de cas graves admis en réanimation et le nombre de décès. C'est pourquoi elle concerne les personnes à risque et leur entourage. La difficulté de cette vaccination provient des mutations fréquentes des virus grippaux obligeant à réadapter le vaccin tous les ans. En effet, une dérive génique des virus circulant peut apparaître entre le moment du choix des souches utilisées pour fabriquer le vaccin grippal et l'épidémie saisonnière, entrainant une efficacité moindre de la vaccination.Le Morbidité et Mortality Weekly Report (MMWR) du Center for Disease Control et Prevention (CDC) des USA indiquait il y a un mois que les souches récentes du virus A(H3N2) différaient de la souche vaccinale H3N2 Texas incluse dans le vaccin 2014-2015. Dans son alerte début décembre (semaine 48)(1), il confirmait que parmi les souches de grippe A(H3N2) isolées aux USA depuis le 1er octobre, 52 % différaient de la souche vaccinale. On trouve de nombreuses souches A/Switzerland/9715293/2013, virus sélectionné pour le futur vaccin 2015 de l'hémisphère sud (hiver austral pendant l'été de l'hémisphère nord). Cette souche avait déjà provoqué une forte épidémie de grippe en Australie dans la région de Nouvelle Galles du Sud (Sydney) en août dernier avec de nombreux foyers épidémiques en institution pour personnes âgées.L'European Center for Disease Control (ECDC) et l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) Europe ont signalé récemment(2) que les souches A(H3N2) prédominent en santé primaire. Elles appartiennent à des sous-groupes variants par rapport à la souche vaccinale Texas. Cela indique une situation similaire à celle rapporté par le CDC semaine 48. Les virus A(H1NB1) sont similaires au virus vaccinal California.L'ECDC, comme le CDC, conclut que, même si l'efficacité de la vaccination peut être affectée, il reste important de vacciner. Le virus H3N2 touchant plus particulièrement les personnes âgées, leur vaccination et la mise en oeuvre des mesures barrières dans les collectivités de personnes âgées sont particulièrement importantes. Cependant, l'activité grippale étant encore faible, il est difficile d'avoir des certitudes sur la date de début de l'épidémie, sa gravité et les virus qui seront dominants.

Année de publication : 23/12/2014