Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 21 août 2014.

Publié le 22 Août 2014
Mis à jour le 30 juillet 2019

A la Une - Analyse des déclarations obligatoires (DO) des mésothéliomes de 2012 : Première année de fonctionnement du dispositif national

Les mésothéliomes sont devenus, par décret en janvier 2012, la 31e maladie à DO. Sa mise en place est réalisée au sein de chaque région, avec la Cellule de l'InVS en région (Cire), l'Agence régionale de santé (ARS), le Réseau régional de cancérologie (RRC) et en lien avec l'équipe du Programme national de surveillance du mésothéliome (PNSM) dans les régions concernées.

Objectifs épidémiologiques : - Renforcer, à partir des notifications des médecins, la surveillance de tous les mésothéliomes, en complément du PNSM qui concerne exclusivement ceux de la plèvre dans 21 départements ;- Améliorer la connaissance des facteurs d'exposition professionnelle et environnementale par la mise en place d'enquêtes " DO-Méso "

Exhaustivité de la DO Si l'on se base sur l'ordre de grandeur du nombre annuel de cas attendus de mésothéliome tous sites, compris entre 800 et 1 200 mésothéliomes, on peut considérer qu'au niveau national, au 30 /04/2013, la DO a permis d'enregistrer 618 nouveaux cas de mésothéliome diagnostiqués en 2012, soit entre 51 % et 77 % des cas attendus. Au 15 /02/ 2014, compte tenu des 41 nouveaux cas de 2012 notifiés tardivement, le niveau d'exhaustivité nationale atteint a progressé de 5 %, soit entre 56 % et 82 %.Il existe également des différences importantes dans le niveau d'exhaustivité atteint par région. Au 30/04/2013, un tiers des régions étaient proches de l'exhaustivité (comme en Bourgogne). À l'inverse, certaines régions (comme la Franche-Comté) présentaient un niveau d'exhaustivité plus faible. Toutefois la situation a encore évolué depuis en fonction des notifications reçues pour chaque région.

Enquêtes " DO-Méso " Ces enquêtes sont actuellement testées dans 8 régions métropolitaines volontaires dont la Franche-Comté. Elles sont réalisées par la Cire ou les équipes locales du PNSM (cas de la Franche-Comté). L'objectif est d'évaluer la faisabilité de ces enquêtes et leur pertinence pour répondre aux objectifs de renforcement des connaissances sur les expositions à l'amiante et autres fibres. Un bilan sera établi en 2015.Le système de surveillance des mésothéliomes par la DO est donc toujours en phase de structuration et de montée en puissance. Les premiers résultats sont encourageants mais ni l'exhaustivité ni le délai de déclaration ne sont actuellement stabilisés. Plus encore que les données nationales, les données régionales doivent donc être utilisées avec prudence. Elles reflètent l'état des notifications par région, au moment de l'analyse et donnent une indication sur le taux minimal dans la région.