Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 18 décembre 2014.

Publié le 18 December 2014
Mis à jour le 12 mai 2019

A la Une

La surveillance renforcée du chikungunya et de la dengue en 2014Comme évoqué dans le PE du 10 juillet dernier, les épidémies de chikungunya qui ont touché les Antilles et la Guyane, et de dengue à la Réunion faisaient craindre pour cet été l'augmentation du risque d'émergence de ces maladies en métropole du fait du retour de porteurs de virus.Le bilan provisoire1 de la surveillance renforcée du chikungunya et de la dengue en métropole (1er mai - 30 novembre 2014) pour les 18 départements concernés (Cf. carte) a confirmé la montée en charge des signalements avec :- 1492 cas suspects de dengue ou de chikungunya signalés (contre 422 en 2013),- 163 cas importés de dengue (183 en 2013) , 443 cas importés de chikungunya (2 en 2013), 6 cas importés co-infectés (0 en 2013),- l'apparition de 15 cas autochtones : 4 cas de dengue et 11 cas de chikungunya (contre 1 cas de dengue en 2013).Ainsi, 4 cas autochtones de dengue ont été confirmés par le Centre National de Référence (CNR) des arbovirus en région Provence-Alpes-Côte d'Azur entre fin août et début octobre. Les 2 premiers cas survenus dans le Var ne sont pas liés car de sérotypes différents. Les cas 3 et 4 survenus dans les Bouches du Rhône sont liés et constituent un foyer : les 2 patients résidaient dans le même voisinage. Ils ne sont pas liés aux cas du Var.Les 11 cas autochtones de chikungunya ont été identifiés dans un même quartier de Montpellier (Hérault) et constituent un foyer de transmission. Les 5 premiers cas de ce foyer ont été confirmés par le CNR fin octobre.Les investigations épidémiologiques ont permis d'identifier 6 autres cas autochtones en lien avec ce foyer.Pour la saison 2015, deux nouveaux départements (Saône-et-Loire et Savoie) chez qui le moustique vecteur Aedes albopictus a été jugé implanté et actif, vont intégrer le dispositif de surveillance renforcée, nécessitant l'organisation et la coordination des différents acteurs locaux de la lutte (préfet, ARS, Cire, collectivités locales, Entente Interdépartementale de Démoustification, professionnels de santé).

Année de publication : 18/12/2014