Point au 4 décembre 2014.

Publié le 5 December 2014
Mis à jour le 3 juillet 2019

A la Une - La surveillance des tentatives de suicide et suicides

L'observatoire national du suicide (ONS) créé par décret en septembre 2013 comprend deux groupes de travail, un sur la surveillance piloté par l'InVS, l'autre sur l'amélioration de la connaissance des mécanismes piloté par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) et a diffusé son premier rapport (1). Ses missions comprennent cinq volets : - coordonner les différents producteurs de données et améliorer le suivi des suicides et tentatives de suicide - développer les connaissances sur les facteurs de risque et les mécanismes conduisant aux suicides et aux tentatives de suicide afin d'améliorer la prévention - promouvoir et valoriser les dispositifs de collecte, suivi et d'alerte sur le suicide en participant à la diffusion des résultats et en facilitant l'accès aux bases de données - évaluer les effets des politiques publiques en matière de prévention du suicide et des tentatives de suicide - produire des recommandations, notamment en matière de prévention. Le groupe sur la surveillance a traité des données de : - mortalité par suicide, - surveillance à partir de bases médico-administratives (le programme de médicalisation de systèmes d'information en médecine chirurgie RIM-P sur les hospitalisations en psychiatrie et Oscour sur les passages aux urgences (2), - enquêtes déclaratives en population générale ou spécifique (3), - données des associations, - données sur suicide en milieu professionnel.En plus des données nationales, l'InVS prévoit de produire des données régionales pour répondre aux besoins des décideurs locaux, notamment des ARS, en s'appuyant sur ses cellules en région (Cire). Pour atteindre un tel objectif, notamment en régions Bourgogne et Franche-Comté, il est nécessaire de veiller à une bonne qualité du codage des données dans la prise en charge au niveau des services d'urgences et hospitaliers. La collaboration entre les Cire et les observatoires régionaux des urgences (ORU) permet de mettre en oeuvre de telles actions. En Bourgogne, ce travail est envisageable suite à l'intégration de l'ensemble des services d'urgence adultes dans la surveillance sanitaire des urgences, résultat de l'important travail mené par l'Observatoire des urgences.