Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 26 décembre 2013.

Publié le 27 December 2013
Mis à jour le 30 juillet 2019

A la Une - La survie nette en matière de cancers

Le programme de surveillance des cancers comporte la production régulière d'indicateurs épidémiologiques parmi lesquels la survie des patients, globale ou relative. La survie globale à 5 ou à 10 ans correspond à la proportion de patients survivants 5 ou 10 ans après la date du diagnostic, quelle que soit la cause possible du décès (cancer ou autre cause). La survie nette est définie comme la survie qui serait observée si la seule cause de décès possible était le cancer étudié. Il est le seul indicateur de survie utilisable à des fins de comparaisons. Ainsi, si on voulait comparer la mortalité associée au cancer entre personnes jeunes et personnes âgées, la survie globale serait très différente et ne permettrait pas une comparaison. En effet, les personnes âgées décèdent du cancer mais aussi d'autres causes liées à l'âge (maladies cardiovasculaires…). Plutôt qu'un suivi clinique des personnes malades pour estimer la survie nette donnant des résultats peu fiables, la dernière étude du Réseau français des registres de cancer (Francim) a estimé cet indicateur par différence entre la mortalité observée dans la population des personnes atteintes de cancer toutes causes de décès confondues, et la mortalité due à d'autres causes que le cancer dans cette même population en la supposant égale à celle des personnes atteintes de cancer.L'étude montre une augmentation de la survie nette à 5 ans entre 1989 et 2004 pour la plupart des cancers due à l'anticipation du diagnostic, à une prise en charge précoce et aux progrès thérapeutiques. Cette augmentation peut aussi s'expliquer par des changements de définition ou des critères d'enregistrement pendant la période d'étude. Pendant la période 1989-2004, l'augmentation de la survie à 5 ans est passée de 71 à 90 % pour les cancers de la prostate, de 80 à 87 % pour le cancer du sein pour ce qui concerne les cancers les plus fréquents.