Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 18 juillet 2013.

Publié le 19 Juillet 2013
Mis à jour le 30 juillet 2019

A la Une - Impact des vagues de chaleur sur les recours aux soins : une revue de la littérature

En France, la catastrophe sanitaire de la canicule de 2003 a mis brutalement en lumière la gravité des risques liés à la chaleur et incité les autorités à mettre en place un plan d'actions, afin de prévenir une augmentation de la mortalité pendant les canicules. Le changement climatique laisse prévoir des canicules plus intenses et plus fréquentes, avec des risques sanitaires associés potentiellement graves, dans un contexte d'augmentation de la vulnérabilité de la population du fait de son vieillissement et d'une urbanisation grandissante. Dans ce contexte, il est important de mieux comprendre les dynamiques entre températures extrêmes, recours aux soins et mortalité, afin d'améliorer la prévention et de limiter l'impact des canicules. Une revue de la littérature scientifique réalisée par l'Institut de veille sanitaire a permis d'analyser les articles publiés jusqu'en janvier 2013 sur l'impact de canicules ou de températures élevées sur des indicateurs de recours aux soins. Trente-neuf articles ont été retenus, dont deux concernant la France. La plupart des études mettent en évidence un impact beaucoup plus important sur la mortalité que sur la morbidité, en particulier lorsqu'on s'intéresse à des indicateurs globaux et ce quelle que soit la l'interprétation des indicateurs de méthode d'analyse. Ceci rend délicate l'interprétation des indicateurs de recours aux soins à des fins d'alerte : un impact faible sur la morbidité pourrait masquer un impact plus important sur la mortalité ou un impact décalé. Cette différence implique qu'une partie des personnes impactées décède prématurément sans avoir été prise en charge par le système hospitalier, ce qui soulève la question de l'efficacité des mesures de prévention.La littérature internationale permet de faire évoluer la compréhension du potentiel et des limites du système de surveillance face à un risque croissant. Il est constaté que les études disponibles décrivent les populations vulnérables selon des critères démographiques (âge) et médicaux (causes des recours aux soins). Or, les études sur la mortalité ont montré que des facteurs socio-économiques avaient également un poids très important. Il serait donc utile de faire évoluer le plan de prévention à partir d'éléments sur les caractéristiques socio-économiques des personnes faisant appel au système de santé pendant les canicules.