Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 19 avril 2012.

Publié le 20 Avril 2012
Mis à jour le 13 mai 2019

A la Une - Semaine de la vaccination : n'oublions pas la vaccination contre le méningocoque C !

Les infections invasives à méningocoque (IIM) en France sont dues à 99 % aux souches des sérogroupes A, B, C, Y et W135. Le sérogroupe C représente 25 à 30 % des souches invasives identifiées au Centre National de Référence (CNR), après le sérogroupe B majoritaire avec en moyenne 60 %. La fréquence des souches invasives C connait d'importantes fluctuations cycliques avec notamment un pic en 1992 et un second en 2002 où il a représenté respectivement 42 % et 38 % des souches invasives identifiées au CNR.

Alors que l'on pouvait attendre une poursuite plus franche de la baisse d'incidence des IIM C entre 2003 et 2008 liée au cycle naturel de la maladie, la baisse modérée de l'incidence observée pouvait s'expliquer par l'émergence d'un nouveau clone. En effet, depuis 2005 en France, on observe l'implantation d'un phénotype/génotype particulier C2a :P1.7,1, dont la fréquence parmi les souches invasives C est passé de 1 % avant 2005 à 24 % en 2008. Ces souches appartiennent au complexe clonal ST-11 et en particulier au clone ET-15 qui est à l'origine de l'augmentation des IIM C au début des années 1990 dans plusieurs pays et pour lequel ont été démontrés une association à une mortalité élevée, la survenue de cas groupés et un décalage des tranches d'âge concernés (adolescents entre 15-19ans).

Au sein de nos deux régions, des épisodes de cas groupés d'IIM C avaient amené les autorités sanitaires à organiser des campagnes de vaccination des populations d'enfants et de jeunes adultes habitant ou fréquentant les lieux délimités : il s'agissait en avril 2006 de Migennes dans l'Yonne, avec une souche C :NT :P1.2,5 appartenant au complexe clonal ST-11, et de Roulans dans le Doubs en juin 2008 où il s'agissait d'une souche C2a :P1.7,1.

Devant ces constats, alors que la vaccination contre le méningocoque C n'était recommandée que pour les sujets à risque et dans l'entourage d'un cas d'IIM C, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) dans ses séances au Comité technique des vaccinations du 24 avril et 26 juin 2009, a recommandé la vaccination systématique des nourrissons âgés de 12 à 24 mois avec une seule dose de vaccin méningococcique C conjugué.

Pendant la période nécessaire à l'atteinte d'une couverture vaccinale suffisante pour assurer une immunité de groupe, le HCSP recommande d'étendre la vaccination systématique jusqu'à l'âge de 24 ans révolus selon le même schéma vaccinal à une dose.

Année de publication : 20/04/2012