Point au 15 octobre 2013.

Publié le 17 Octobre 2013
Mis à jour le 4 juillet 2019

Contexte

Depuis 2006, une circulaire du ministère chargé de la santé définit la conduite à tenir face à un ou plusieurs cas d'infection respiratoire aiguë (IRA) en établissements de soins ou d'hébergement de personnes âgées, et notamment en Etablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Toutes les recommandations relatives aux infections à germe spécifique (grippe, pneumocoque, légionellose, coqueluche) y sont reprises. Un rapport du HCSP de juillet 2012 a proposé de modifier la définition de cas groupés afin d'harmoniser cette dernière avec celle du signalement des cas groupés de GEA. Il a été démontré, auparavant, que ce critère était aussi sensible que celui utilisé précédemment (3 cas en 8 jours) [1]. C'est désormais la survenue d'au moins cinq cas en quatre jours qui doit motiver la déclaration à l'ARS. Le dispositif de surveillance des IRA en Ehpad contribue à la détection précoce de cas groupés et à la mise en place plus rapide de mesures de contrôle adaptées. Les données recueillies sont saisies dans une application dédiée hébergée sur le serveur de l'InVS.Préalablement au démarrage de l'épidémie de grippe, la direction Handicap et Grand Age de l'ARS a transmis un courrier d'information à l'ensemble des établissements de la région hébergeant des personnes âgées. Celui-ci rappelait les recommandations et les outils nécessaires à la surveillance et au signalement des cas d'IRA, et incitait les établissements à se procurer des tests de diagnostic rapide de grippe. Ceux-ci doivent leur permettre de confirmer ou infirmer, rapidement, un diagnostic dès la survenue des premiers cas d'IRA, afin d'être en mesure de définir rapidement une étiologie de grippe et mettre en place des mesures de contrôle, dans de meilleurs délais.