Devenir à six mois de 795 victimes de traumatisme crânien léger pris en charge aux urgences de l'hôpital d'Annecy

Publié le 1 Novembre 2013
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction : les traumatismes crâniens légers (TCL) sont fréquents, difficiles à prendre en charge et leurs conséquences sont mal connues. Une étude prospective a été réalisée au centre hospitalier de la région d'Annecy (CHRA) dans le but d'estimer la fréquence des troubles à 6 mois et de repérer des facteurs favorisant leur survenue. Méthodes : tous les patients venus aux urgences du CHRA de février 2006 à juillet 2007 pour TCL ont été contactés par téléphone six mois après le traumatisme pour dépister la présence de troubles persistants. Les patients qui déclaraient des troubles lors de l'appel téléphonique étaient orientés pour une consultation, vers le centre ressources pour personnes cérébro-lésées du département. Résultats : parmi les 795 patients contactés, 93 ont signalé la présence de symptômes : troubles mnésiques (80 %), fatigabilité (79 %), céphalées (65 %), irritabilité (64 %), troubles du langage (64 %) et troubles de l'attention (62 %). Après ajustement, la présence de troubles à 6 mois était liée à l'âge, au fait d'être une femme, d'avoir présenté des céphalées lors de l'examen initial aux urgences et d'avoir eu un scanner. Discussion : les troubles qui ont été cités par les patients du CHRA étaient les mêmes que ceux d'autres études sur le sujet. Ces signes sont le plus souvent peu spécifiques et pour démontrer leur imputabilité au traumatisme crânien, une étude de type cas/témoins ou exposés/non exposés serait plus adaptée. (R.A.)

Auteur : Ricard C, Casez P, Gstalder H, Mawazini S, Gauthier V, Fontanel A, Aveque C, Despierre F, Thelot B, Courtois X
Santé publique, 2013, vol. 25, n°. 6, p. 711-8