Victimes d'accidents de la circulation : quelles évolutions ? Registre du Rhône, France, 1996-2008

Publié le 14 December 2010
Mis à jour le 5 juillet 2019

Dans un contexte général de baisse de la traumatologie routière, l'article présente une analyse fine de ses évolutions. Le Registre du Rhône des victimes d'accidents de la circulation routière recense, en milieu hospitalier public et privé, l'ensemble des blessés et tués de la route, hospitalisés ou non. Une baisse des effectifs de victimes a été observée en 2002 et 2003, permettant de comparer deux périodes relativement stables : 1996-2001 et 2003-2008. La baisse des incidences (-24% au total) a surtout concerné les décès (-39%), les automobilistes (-36%) et les enfants (-41%). La quasi-totalité des lésions ont vu leur fréquence diminuer. L'incidence des lésions au-delà de toute ressource thérapeutique a été divisée par plus de quatre. Cependant, l'incidence des contusions pulmonaires bilatérales, responsables de détresses respiratoires, a augmenté. Chez les survivants, l'incidence de la plupart des lésions responsables de séquelles lourdes a baissé. Mais celle des tétraplégies, très rares, est stable. Les atteintes ligamentaires du genou ont nettement augmenté, mais elles sont moins invalidantes que les lésions responsables de séquelles neurologiques qui sont en baisse. Les différences hommes/femmes (types d'usagers, incidences et gravité) sont inchangées. Le renforcement des politiques de prévention en matière de sécurité routière a prouvé son efficacité. Des actions restent à entreprendre en direction des usagers de deux-roues à moteur, très vulnérables, dont l'incidence n'a pas baissé. Les usagers de deux-roues à moteur sont, depuis 2007 chez les hommes, plus nombreux que les automobilistes. (R.A.)

Auteur : Gadegbeku B, Chiron M, Ndiaye A, Laumon B
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2010, n°. 47, p. 477-84