Déterminants de la participation des médecins généralistes à la surveillance sanitaire : enquête Merveille, 2008

Publié le 12 Janvier 2010
Mis à jour le 5 juillet 2019

Le renforcement des systèmes de surveillance des maladies en France nécessite d'impliquer davantage de médecins généralistes MG). Méthodes - Une enquête descriptive et transversale sur quatre régions : Auvergne, Bretagne, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Rhône-Alpes, a été réalisée. Les réseaux identifiés étaient le réseau Sentinelles de l'Inserm, les Grog (Groupes régionaux d'observation de la grippe), l'Observatoire de la médecine générale et le réseau de la ville de Saint-Étienne. L'objectif était d'identifier les déterminants de la participation et de la nonparticipation des MG aux réseaux de surveillance sanitaire en 2008, dans ces quatre régions de France. Résultats - Au total, 306 médecins ont été enquêtés : 150 participants actifs à un réseau et 156 non-participants. Les MG participants étaient plus souvent impliqués dans des activités en dehors de leur occupation professionnelle et utilisaient d'avantage l'outil informatique. Les médecins participants à un réseau de surveillance citaient comme motivations l'échange d'information, la valorisation de la médecine générale et l'amélioration de leurs pratiques. Les médecins non-participants citaient comme obstacle le manque de temps, la non-sollicitation à participer et la méconnaissance des réseaux. Conclusion - Une information plus large et une sollicitation plus active de la part des réseaux pourraient constituer des leviers pour favoriser le recrutement de MG. (R.A.)

Auteur : van Cauteren D, Loury P, Morel B, Durand C, Queriaux B, Demillac R, Helynck B
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2010, n°. 1, p. 6-11