Séroprévalence de la varicelle chez les femmes enceintes dans le Rhône, France, 2005

Publié le 10 Octobre 2006
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction : Le virus de la varicelle et du zona (VZV) expose aux risques de complications maternofoetales chez les femmes séronégatives. Une étude transversale a été conduite pour déterminer la séroprévalence de VZV chez les femmes enceintes et évaluer la valeur prédictive positive (VPP) et la valeur prédictive négative (VPN) des antécédents de la varicelle. Méthodes : Du 22 novembre au 10 décembre 2005, 486 femmes ont été recrutées dans 18 laboratoires d'analyses médicales situés dans différents arrondissements de Lyon et sa couronne. Les caractéristiques sociodémographiques et les antécédents de varicelle et zona ont été collectés par un questionnaire. Un prélèvement sanguin a permis la recherche d'IgG contre la varicelle (ELISA). Résultats : La séroprévalence de l'immunité au VZV était de 98,8 %. Le nombre de femmes séronégatives était de six, dont quatre étaient primipares. La VPP et la VPN des antécédents de la varicelle étaient 99,5 % (369/371) et 10,3 % (3/29) respectivement. Discussion : La séroprévalence du VZV dans cette population est élevée. La protection vis à vis d'une infection par le VZV en cours de grossesse n'a pu être établie pour environ 1 % des participantes. La VPN basse de l'interrogatoire indique qu'une histoire négative de varicelle devrait être complétée par des analyses sérologiques pouvant être demandées dans tout bilan infectieux de grossesse. (R.A.)

Auteur : Saadatian Elahi M, Mekki Y, Del Signore C, Lina B, Derrough T, Caulin E, Thierry J, Vanhems P
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2006, n°. 39, p. 294-6