COVID-19 : point épidémiologique en Auvergne-Rhône-Alpes du 5 novembre 2020

Publié le 6 Novembre 2020
Mis à jour le 06 novembre 2020

Points clés

La dégradation des indicateurs sanitaires se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes, épicentre de cette deuxième vague épidémique en France et à un moment où il est encore trop tôt pour observer les premiers effets du confinement instauré le 30 octobre.

En semaine 44 (26 octobre au 1er novembre), les nouvelles contaminations sont toujours en augmentation (>72 000 personnes testées positives), alors que ce chiffre n’est pas consolidé. Au niveau régional, le taux d’incidence atteint au moins 899 cas pour 100 000 habitants et le taux de positivité s’élève à 29,2%.

L’accélération de l’épidémie observée depuis plusieurs semaines et sa diffusion dans toutes les classes d’âge, y compris les personnes les plus âgées, engendre un impact sanitaire de plus en plus lourd. La pression s’accentue sur le système de soins, en particulier dans les établissements hospitaliers qui prennent en charge actuellement un nombre de patients atteints de COVID-19 deux fois plus important qu’au pic de la première vague épidémique. Sur la période du 28 octobre au 3 novembre, le taux d’hospitalisation en Auvergne-Rhône-Alpes (49/100 000 habitants) est le plus élevé en France. Au niveau départemental, les taux d’hospitalisation les plus élevés sont retrouvés dans la Loire, la Savoie, la Haute-Loire et le Rhône.