COVID-19 : point épidémiologique en Auvergne-Rhône-Alpes du 17 décembre 2020

Publié le 18 December 2020
Mis à jour le 18 décembre 2020

Points clés

En semaine 50 (7 au 13 décembre 2020) et après une phase de décroissance continue depuis le début novembre, le nombre de personnes nouvellement infectées par le Sars-CoV-2 repart à la hausse en Auvergne-Rhône-Alpes (+4%), parallèlement à un renforcement des dépistages (+15% de tests réalisés) à l’approche des fêtes de fin d’année. Si le taux de positivité (9%) au niveau régional est encore en diminution (-1 point) par rapport à la semaine 49, il augmente à nouveau dans certains départements (Allier, Cantal et Isère). Au-delà d’un effet mécanique lié à la hausse des dépistages, l’augmentation des indicateurs virologiques (taux d’incidence et taux de positivité) pourraient aussi traduire une reprise localisée de la circulation virale. Avec 166 cas pour 100 000 habitants, le taux d’incidence en Auvergne-Rhône-Alpes figure toujours parmi les plus élevés en France, après les régions Bourgogne-France-Comté (210/100 000) et Grand-Est (185/100 000).

A ce stade, l’augmentation des indicateurs virologiques n’entraine pas d’augmentation des consultations pour COVID-19 en médecine de ville. Les données des associations SOS Médecins et du réseau Sentinelles restent stables. Les passages aux urgences pour suspicion de COVID-19 sont en recul de 17% en semaine 50.

La décrue du nombre de patients pris en charge dans les hôpitaux pour COVID-19 est lente. Le 16 décembre, on dénombrait encore 4 431 personnes hospitalisées, dont 480 en réanimation. Le nombre de nouvelles hospitalisations diminue peu (-17%) et pour la première fois depuis début novembre, le nombre de nouvelles admissions en réanimation tend à se stabiliser (-0,5%). Alors qu’elles diminuent ou se stabilisent dans la plupart des départements, les admissions en réanimation sont en augmentation dans le Rhône et la Savoie. Le taux hebdomadaire d’hospitalisation de patients COVID-19 en Auvergne-Rhône-Alpes (16,3/100 000) est supérieur au taux national (12,8/100 000). Au niveau départemental, les taux les plus élevés sont retrouvés dans l’Allier (29/100 000), la Savoie (28/100 000) et la Haute-Loire (23/100 000).

Le nombre de nouveaux décès liés à la COVID-19 est en diminution dans les établissements de santé (-18%) et les établissements médico-sociaux (-10%), mais reste élevé en semaine 50. En semaine 49, un excès significatif de mortalité de niveau très élevé par rapport à la mortalité attendue est observé en Auvergne-Rhône-Alpes pour tous les âges et chez les 65 ans et plus. Cet excès de mortalité est détecté depuis la mi-octobre, soit pour la 8ème semaine consécutive.

L’évolution actuelle de l’épidémie à l’approche des congés et des fêtes de fin d’année et dans le contexte de l’allégement des mesures de confinement invite à la plus grande vigilance afin d’éviter une flambée épidémique. Il est important de rappeler que les mesures de prévention et de distanciation sociale restent essentielles, notamment dans la perspective des regroupements familiaux attendus lors des fêtes de fin d’année, en vue de protéger les personnes plus fragiles vis-à-vis de la COVID-19.