COVID-19 : point épidémiologique en Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy du 4 septembre 2020

Publié le 8 Septembre 2020
Mis à jour le 08 septembre 2020

Points clés

Guadeloupe, Saint-Martin

Depuis trois semaines, les indicateurs de suivi et de pression épidémique témoignent d’une circulation virale active sur l’ensemble de nos territoires :

  • Les taux d’incidences* sont désormais supérieurs au seuil d’alerte à Saint-Martin et en Guadeloupe qui font partie des départements présentant des taux d’incidence les plus élevés de France.
  • Les taux de positivité* sont en hausse : en Guadeloupe depuis plusieurs semaines; il se rapproche du seuil d’alerte (9,5%) et il a diminué à Saint-Martin la semaine dernière (10% vs 13%); ces deux territoires présentent les taux de positivité les plus élevés de France pour la semaine dernière.
  • Les consultations des médecins généralistes pour infections respiratoires aiguës (IRA) sont en augmentation depuis trois semaines et de façon plus marquée en Guadeloupe la semaine dernière.
  • Le nombre de cas positifs identifiés par la recherche des contacts des personnes testées positives est en hausse depuis plusieurs semaines. Des chaines de transmission secondaire et de nouveaux clusters (cas groupés) ont été identifiés en Guadeloupe (n=11) et à Saint-Martin (n=2). Les clusters en cours de suivi (n=6) ont été signalés pour la plupart d’entre eux dans le milieu professionnel. Néanmoins, la quasi-totalité des cas issus de ces clusters ont été infectés localement (cas autochtones) en dehors du milieu professionnel.
  • La tranche d’âge des 25-35 ans est la plus touchée actuellement par cette reprise de circulation virale en Guadeloupe.
  • Le service de réanimation du CHU de Guadeloupe comptabilise 6 patients hospitalisés confirmés par RT-PCR en date du 03/09/2020.

Saint-Barthélemy

  • A Saint-Barthélemy, les indicateurs de surveillance indiquent une faible circulation du virus sur le territoire.

La circulation autochtone est désormais installée sur la Guadeloupe et à Saint-Martin. La recherche des contacts autour des cas confirmés se poursuit et permet de couper l’installation de chaines de transmission secondaire. Les derniers clusters signalés concernent pour majorité le milieu professionnel. Les clusters sont suivis de près afin d’éviter une augmentation de la diffusion communautaire du virus.

Les Antilles françaises sont classées en « zone de circulation active du virus ».