Surveillance des arboviroses aux Antilles. Point au 13 avril 2017.

Publié le 19 Avril 2017
Mis à jour le 20 juin 2019

Synthèse

MartiniqueDurant les huit dernières semaines, les indicateurs épidémiologiques de la dengue et du chikungunya sont stables et restent très en-deçà des valeurs maximales attendues pour la saison. Aucun foyer n'a été identifié sur cette période. La situation épidémiologique correspond toujours à la Phase 1 du Psage* : " transmission sporadique ".

Les indicateurs épidémiologiques recueillis par le dispositif de surveillance montrent que la circulation virale du Zika reste très faible. Le Comité d'experts des maladies infectieuses et émergentes (CEMIE) de Martinique propose un passage en phase 1 du Psage " transmission sporadique " sur l'ensemble du département.Néanmoins, dans le cadre de la surveillance de l'épidémie de Zika et de son impact sanitaire retardé dans le temps, toutes les anomalies cérébrales détectées avant et après la naissance sont toujours suivies avec attention.

GuadeloupeLes situations épidémiologiques de la dengue et du chikungunya sont calmes en Guadeloupe. En effet, peu de cas cliniquement évocateurs de dengue ont été notifiés ces dernières semaines et seuls quelques cas probables de chikungunya ont été identifiés depuis le dernier point épidémiologique.La situation correspond à la Phase 1 du Psage* pour ces deux arboviroses en Guadeloupe : " transmission sporadique ".

En Guadeloupe, depuis la fin du mois de février, les indicateurs de la surveillance épidémiologique témoignent d'une circulation virale de type sporadique. Le CEMIE de Guadeloupe propose un passage en phase 1 du Psage* " transmission sporadique ".Néanmoins, dans le cadre de la surveillance de l'épidémie de Zika et de son impact sanitaire retardé dans le temps, toutes les anomalies cérébrales détectées avant et après la naissance sont toujours suivies avec attention. Quinze malformations cérébrales ont été recensées à l'échographie et à ce jour trois enfants sont nés avec une microcéphalie clinique.

Saint-MartinLes indicateurs de surveillance pour la dengue et le chikungunya restent à des niveaux bas ces dernières semaines. La situation épidémiologique correspond toujours à la Phase 1 du Psage* pour ces deux arboviroses à Saint-Martin : " transmission sporadique ".

L'épidémie est terminée à Saint-Martin depuis la semaine 2016-52 et les indicateurs épidémiologiques ont poursuivi leur décroissance depuis cette date.Le CEMIE propose un passage en phase 1 du Psage* " transmission sporadique ".

Saint-BarthélemyA Saint-Barthélemy, aucun cas cliniquement évocateur de dengue ou de chikungunya n'a été signalé en médecine de ville depuis la troisième semaine de février 2017. Par ailleurs, aucun cas de dengue n'a été biologiquement confirmé et seuls deux cas probables de chikungunya ont été recensés ces dernières semaines.La situation épidémiologique correspond à la Phase 1 du Psage* pour ces deux arboviroses à Saint-Barthélemy : " transmission sporadique ".

A Saint-Barthélemy, depuis la fin du mois de février, les indicateurs de la surveillance épidémiologique témoignent d'une circulation virale de type sporadique. Le CEMIE recommande un passage en Phase 1 du Psage* " transmission sporadique ".

* Psage : Programme de surveillance, d'alerte et de gestion des épidémies

Année de publication : 19/04/2017