Chargé d’études scientifiques

Référence du poste : DMNTT-CDD-2020-04 (renfort COVID-19)

Publié le 02 juillet 2020
Cette offre vous intéresse ?

Nous rejoindre

Vous avez envie de faire carrière au sein d'un organisme public qui a pour mission de  protéger efficacement la santé des populations ? Rejoignez-nous.

Présentation de l'agenceAfficherMasquer

Santé publique France est l’agence nationale de santé publique française. Etablissement public de l’Etat sous tutelle du ministre chargé de la santé créé par l’ordonnance 2016-246 du 15 avril 2016, elle intervient au service de la santé des populations. Agence scientifique et d’expertise du champ sanitaire, elle a pour missions :

  1. L'observation épidémiologique et la surveillance de l'état de santé des populations ;
  2. La veille sur les risques sanitaires menaçant les populations ;
  3. La promotion de la santé et la réduction des risques pour la santé ;
  4. Le développement de la prévention et de l'éducation pour la santé ;
  5. La préparation et la réponse aux menaces, alertes et crises sanitaires ;
  6. Le lancement de l'alerte sanitaire.

L’agence est organisée autour de directions scientifiques et transversales et de directions assurant le support et le soutien à l’activité.
Son programme de travail, arrêté par son Conseil d’administration, s’articule autour de cinq axes prioritaires : les déterminants de santé, les populations, les pathologies, les interventions et les territoires, et les infrastructures.

AffectationAfficherMasquer

La Direction des maladies non transmissibles et des traumatismes assure la surveillance épidémiologique des maladies non transmissibles et des traumatismes, de leurs principaux déterminants ainsi que de leurs complications. Ses missions contribuent à plusieurs plans nationaux et s’inscrivent dans les priorités de la Stratégie Nationale de Santé et la stratégie de santé outre-mer. En 2015, dans le monde, on estime que les maladies non transmissibles sont responsables de 71% de la mortalité prématurée. En France les maladies non transmissibles représentent le fardeau de santé publique le plus lourd en termes de morbidité et de mortalité.

Les objectifs de la direction sont :

  • d’objectiver la situation épidémiologique et d’avoir une meilleure compréhension du lien entre les facteurs de risque/déterminants/expositions aux milieux de vie et la survenue des pathologies ;
  • de mieux répondre à la demande croissante d’indicateurs utiles au pilotage et à l’évaluation des politiques publiques nationales, régionales et locales, ainsi qu’à une meilleure prise en compte des inégalités sociales et territoriales, visant à réduire le fardeau ;
  • de mettre en cohérence ces indicateurs avec les interventions en prévention et promotion de la santé ; et le besoin défini au niveau des réseaux européens et internationaux ;
  • de maintenir des collaborations avec les équipes de recherche pour le développement de la connaissance.

La DMNTT comprend 51 agents. A compter du 1er juillet 2020, elle s’organise en 4 unités : une unité cardio-métabolique, une unité cancer, une unité traumatismes, maladies neurodégénératives et avancer en âge et une unité santé mentale et santé périnatale. Cette dernière unité compte une dizaine d’agents et un responsable. Ses activités de surveillance couvrent le champ de la périnatalité - petite enfance et de la santé mentale.

Le programme de surveillance en santé périnatale et petite enfance couvre un vaste champ qui inclut la surveillance des facteurs de risque ou protecteurs durant la grossesse et la petite enfance (tabagisme maternel, consommation d’alcool, allaitement…), des indicateurs de morbidité et mortalité maternelle ainsi que foetale, néonatale et du petit enfant. Les indicateurs sont produits à partir de différentes sources de données, notamment, de dispositifs et enquêtes ad hoc en population, certificats de santé de l’enfant, registres, données du Système National des Données de Santé (SNDS).

Description du posteAfficherMasquer

Missions et activités

Sous la responsabilité du responsable d’unité Périnatalité et santé mentale, en lien avec la coordonnatrice du programme de surveillance en périnatalité et petite enfance, le chargé d’études scientifiques

  • Mènera les travaux de caractérisation de l’impact de l’épidémie de SARS-CoV2 et du confinement chez les femmes enceintes à partir des données de l’enquête COVIMATER. Celle-ci a pour objectif de décrire l'impact de l'épidémie et/ou du confinement sur le suivi et le vécu de la grossesse et de l’accouchement.
  • Réalisera une analyse de l’évolution de certains indicateurs clés de la surveillance périnatale durant cette période, produits à partir du SNDS et de la comparer avec les données antérieures.
  • Valorisera les résultats des analyses sous forme d’article ou de rapport
  • Data-management et analyses statistiques des données de l’enquête COVIMATER
  • Analyse des données du SNDS (et en premier lieu celles du PMSI FastTrack)
  • Rédaction d’articles scientifiques

En fonction des besoins de Santé publique France, il participera à toute activité entrant dans les missions de l’Agence et dans le champ de ses compétences si cela s’avère nécessaire, en situation d’urgence, de crise ou de nécessité de service. L’agent pourra être amené à participer à d'autres projets en tant que de besoin.