Epidémiologie des chutes accidentelles de grande hauteur chez les enfants en île-de-France entre mai et septembre 2005

Publié le 1 December 2006
Mis à jour le 10 septembre 2019

Une enquête menée entre mai et septembre 2005 en Île-de-France, a recensé 67 " chutes accidentelles de grande hauteur ", souvent appelées par simplification " défenestrations ", chez les moins de 15 ans. Il s'agissait surtout d'enfants de moins de 6 ans (72 %), majoritairement des garçons (72 %). Plus de la moitié des familles de ces enfants était d'origine extra-européenne, en particulier d'Afrique Noire. Dans 32 % des cas, la chute a eu lieu alors que l'ouverture disposait d'une protection. Un meuble était situé sous l'ouvrant ou a été déplacé par l'enfant dans 55 % des cas ; 33 % des enfants ont escaladé le garde-corps ou l'ouverture. Dans un tiers des cas, l'enfant est tombé alors qu'une personne était dans la même pièce. Sept enfants (10 %) sont décédés, 8 enfants (12 %) ont gardé des séquelles. Le risque de chute par défaut de surveillance, méconnu par les adultes, doit faire l'objet de campagnes de prévention. Pour empêcher les chutes, il faut entreprendre la révision des textes réglementant la construction des garde-corps ou l'ouverture des fenêtres.

Auteur : Thelot B, Rigou A, Bonaldi C, Ricard C, Meyer P
Santé publique, 2006, vol. 18, n°. 4, p. 523-32