Hospitalisations pour brûlures à partir des données du Programme de médicalisation des systèmes d'information. France métropolitaine, 2008

Publié le 1 December 2010
Mis à jour le 10 septembre 2019

L'épidémiologie des brûlures est peu documentée en France. Ces traumatismes peuvent pourtant avoir des conséquences redoutables, entraîner des séquelles physiques et psychologiques importantes et leur prise en charge nécessite des moyens particulièrement coûteux. Les données nationales du Programme de médicalisation des systèmes d'information ont été analysées pour l'année 2008 en France métropolitaine. Tous les séjours hospitaliers comportant un diagnostic principal de brûlure, codé en T20 à T32, ont été exploités. Une première analyse décrit les séjours hospitaliers pour brûlures : taux d'hospitalisation, durées moyennes de séjour, prise en charge, etc. ; une deuxième analyse décrit les victimes de brûlures : répartition par âge, sexe, gravité, saisonnalité, taux d'incidence, etc. En 2008, en France métropolitaine, le nombre d'hospitalisations pour brûlures s'élevait à 12 778. Les hospitalisations des 0-4 ans représentaient 33 % de l'ensemble. Dans 41 % des cas, les hospitalisations ont été assurées dans un centre de traitement des brûlés (CTB). La durée moyenne de séjour était de 7,5 jours (11,8 jours en CTB et 4,5 jours dans les autres services). Le nombre de décès à l'hôpital était de 194, soit un taux de létalité de 2,1 %. Ces hospitalisations correspondaient à 8 944 patients résidant en France métropolitaine (sex-ratio=1,8). Dans 5 % des cas, la personne avait une brûlure grave. L'incidence moyenne était de 14,4 pour 100 000 habitants. L'incidence brute était particulièrement élevée chez les enfants de moins de 5 ans (61/100 000), chez les hommes (19 vs 10 chez les femmes) et présentait des disparités régionales. Ces résultats montrent l'importance de développer des actions de prévention pour diminuer le nombre de brûlures, notamment chez les enfants à partir du moment où ils commencent à marcher et chez les personnes âgées, chez qui les brûlures sont moins fréquentes mais plus graves. La prévention passe également par l'adoption de mesures réglementaires, visant à rendre plus sûr l'environnement, notamment domestique. (R.A.)

Auteur : Rigou A, Thelot B
Année de publication : 2010
Pages : 32 p.