Epidémie de fièvre Q dans une usine de traitement de viande, Maine-et-Loire, février 2009

Publié le 1 Juillet 2010
Mis à jour le 10 septembre 2019

La Cellule de l'InVS en région des Pays de la Loire a investigué une épidémie de fièvre Q survenue dans le Maine-et-Loire en début d'année 2009 dans un établissement associant un abattoir de bovins et une usine de transformation de viande employant 1 000 salariés. L'enquête s'est attachée à rechercher activement des cas dans l'entreprise pendant les mois de janvier à mars 2009 et à rechercher les sources potentielles de contamination et les modalités de transmission. Au cours de la période épidémique en février 2009, 50 cas ont été confirmés par la présence d'IgM spécifique de Coxiella burnetii. La courbe épidémique présentait un aspect log-normal, en faveur d'une exposition ponctuelle ou très limitée dans le temps. La période de contamination probable se situait au cours de la deuxième quinzaine de janvier.Le taux d'attaque des cas confirmés parmi les salariés de l'entreprise était de 5,4 %. Les taux d'attaque les plus élevés étaient observés dans les ateliers de traitement de la viande (8 à 10 %) et de préparation des emballages (41 %). Aucun cas n'a été observé dans les ateliers d'abattage. Plusieurs sources potentielles de contamination ont été examinées. Ont été privilégiées les expositions à des foetus ou placentas, connus pour avoir une charge bactérienne très importante lorsqu'ils sont infectés. Ainsi, la rupture d'une poche de sang foetal de veau dans un véhicule de transport stationnant dans la cour propre de l'usine le 29 janvier 2009 a été considérée comme la source la plus vraisemblable. Le mode de diffusion, habituellement par aérosol, reste mal compris ; la brumisation générée par le lavage sous pression des sols ou du matériel possiblement contaminés, pourrait expliquer la répartition des cas dans des ateliers a priori peu exposés au risque de fièvre Q. (R.A.)

Auteur : Ollivier R, Leftah Marie N, Hubert B
Année de publication : 2010
Pages : 23 p.