Epidémie de salmonellose à Salmonella enterica sérotype Agona chez des nourrissons liée à la consommation de poudres de lait infantile, France, janvier-mai 2005

Publié le 1 Septembre 2006
Mis à jour le 10 septembre 2019

Fin février 2005, l'Institut de veille sanitaire était informé par le Centre national de référence des Salmonella d'une augmentation du nombre de souches de Salmonella enterica sérotype Agona isolées chez des nourrissons en janvier-février 2005. Une investigation épidémiologique était mise en oeuvre afin de confirmer l'existence d'une épidémie, d'en mesurer l'importance, d'identifier son origine et de proposer des mesures de contrôle adaptées. Un cas a été défini comme un nourrisson résidant en France, ayant eu, depuis le 1er janvier 2005, un isolement de Salmonella Agona à l'occasion d'une fièvre ou d'une diarrhée. Les familles des cas ont été interrogées à partir du 3 mars sur les symptômes, les aliments et boissons consommés au cours des 7 jours ayant précédé l'apparition des signes cliniques, l'existence de cas de diarrhées dans l'entourage et le mode de préparation et de conservation des biberons. Afin de tester l'origine alimentaire suspectée par les résultats des premiers interrogatoires, une enquête cas-témoins a été réalisée auprès des 23 premiers cas et de 23 nourrissons témoins. Les souches humaines, alimentaires et environnementales de Salmonella Agona ont été comparées par électrophorèse en champ pulsé (PFGE). Le 4 mars, l'enquête cas-témoins montrait que tous les cas avaient consommé des poudres de lait infantile de marque Picot et qu'aucun des témoins n'en avait consommé (p<0,00001). Aucun autre aliment n'était associé à la survenue de la maladie. Le retrait immédiat des poudres de lait infantile de marque Picot a été suivi d'une baisse rapide du nombre de cas ayant consommé ces poudres, mais d'une augmentation du nombre de cas consommateurs de poudres de lait de marque Blédilait. Cinq lots de poudres de lait Blédilait avaient été fabriqués sur la même chaîne de production que les poudres de lait Picot. Au total, 146 cas ont été identifiés entre le 4 janvier et le 3 juin 2005 : 44 (31 %) liés à la consommation de poudres de lait Picot et 92 (65 %) de poudres de lait Blédilait. Salmonella Agona a été isolée dans un des 176 échantillons de poudres de lait Picot analysés, dans 6 des 420 échantillons prélevés de l'environnement des chaînes de fabrication et de conditionnement des poudres Picot et dans 4 des 27 boîtes de poudres de lait Blédilait prélevées chez les familles des cas. Ces souches alimentaires et environnementales présentaient le même profil PFGE que 82 % des souches isolées chez des cas. Il s'agit de la première épidémie documentée d'infections à Salmonella Agona en France. Cette investigation a montré l'inadéquation des autocontrôles à Salmonella dans les poudres de lait pour détecter une contamination faible et hétérogène. Elle souligne également l'importance d'investiguer tous les cas pour évaluer l'efficacité des mesures de contrôle. (R.A.)

Auteur : Brouard C, Espie E, Vaillant V, de Valk H
Année de publication : 2006
Pages : 27 p.