Cas groupés de fièvre typhoïde autochtone en Ille-et-Vilaine (France), avril 2009

Publié le 23 Novembre 2010
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction - Le 10 juin 2009, le Centre national de référence (CNR) des Salmonella identifiait deux souches de S. Typhi provenant d'Ille-et-Vilaine et présentant un profil de résistance aux antibiotiques spécifique de souches d'Afrique centrale et de l'Ouest. Les cas de fièvre typhoïde n'avaient pas voyagé en Afrique, Asie ou Amérique latine, mais avaient participé à un même repas festif le 28 mars. Méthode - Une recherche active de cas et une étude épidémiologique de type cohorte ont été menées. Résultats - Cinquante-cinq des 67 convives ont été interrogés ; plus de la moitié avait moins de 20 ans. En plus des 2 cas initialement signalés, une personne ayant présenté des céphalées persistantes et un épisode de diarrhées a été considérée comme cas probable. Le risque d'avoir développé une fièvre typhoïde était significativement associé à la consommation de poulet (p=0,02) et de tiep (plat africain) (p=0,01) après 23 heures ou le lendemain. Les aliments avaient été achetés localement. Aucun des cuisiniers n'avait d'antécédent de fièvre typhoïde. Face à l'absence de cas dans l'entourage, la recherche microbiologique de portage de la bactérie n'a pas été entreprise. Conclusion - Cet épisode de 3 cas de fièvre typhoïde autochtones est probablement lié à la consommation d'aliments contaminés par un porteur sain de S. Typhi. Il rappelle que le diagnostic ne doit pas être systématiquement écarté en l'absence de voyage en zone endémique. (R.A.)

Auteur : Loury P, Tillaut H, Faisant M, Paillereau N, Marquis M, Mari C, Briand A, Demillac R, Delmas G
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2010, n°. 44, p. 446-8