Morbidité et mortalité dues aux maladies infectieuses d'origine alimentaire en France

Publié le 1 Mars 2004
Mis à jour le 5 juillet 2019

Afin de préciser la nature et l'importance des pathologies infectieuses liées à l'alimentation en France et d'orienter les priorités en termes de mesures de prévention et de contrôle de ces maladies, une étude de la morbidité et de la mortalité liées aux agents infectieux, transmis par l'alimentation, en France métropolitaine, a été réalisée pour les années 1990. Le nombre de cas d'infections, de cas hospitalisés et de cas décédés a été estimé pour 23 agents (13 bactéries, 2 virus, 8 parasites) à partir des différentes sources de données disponibles recensées. Pour chaque agent pathogène étudié, plusieurs estimations ponctuelles ont été obtenues par une méthode adaptée à la nature des données de chaque source et au pathogène étudié. Les estimations considérées comme les plus plausibles, sur la base de la connaissance du fonctionnement et du contenu des différentes sources de données, de la confrontation avec des données étrangères et après avis d'experts ont été retenues et présentées sous forme d'un " intervalle plausible " avec des estimations basses et hautes. Les agents infectieux étudiés sont estimés être à l'origine de 238 836 à 269 085 cas d'infections d'origine alimentaire dont 51 269 à 81 927 dues à des bactéries, principalement Salmonella et Campylobacter, 70 600 à des virus, principalement les Norovirus et 116 517 à 116 558 à des parasites, notamment Toxoplasma gondii et Taenia saginata. Le nombre total annuel de cas hospitalisés a été estimé entre 10 188 et 17 771. Les salmonelloses en sont la première cause (5 691 à 10 202 cas), suivies par les infections à Campylobacter (2 598 à 3 516 cas) et la listériose (304 cas). La toxoplasmose apparaît comme la principale cause d'hospitalisation (426 cas) parmi les infections parasitaires étudiées. L'estimation du nombre annuel total de décès se situe entre 228 et 691. Les infections bactériennes sont responsables de la majorité (84 % à 94 %) de ces décès avec une estimation de 191 à 652 décès annuels dont 92 à 535 attribuables aux salmonelloses, première cause de décès et 78 à la listériose, deuxième cause de décès. Les estimations basées sur des données non collectées dans ce but comportent une marge d'incertitude plus ou moins importante. Il a cependant été possible, de proposer des estimations plausibles pour la plupart des infections étudiées et de hiérarchiser leur poids, en santé publique. Cette étude a également permis d'identifier les besoins de connaissance pour certaines infections pour lesquelles les informations disponibles étaient insuffisantes, comme les infections à Campylobacter, à Yersinia et à Norovirus et de proposer des recommandations pour améliorer leur connaissance.

Auteur : Vaillant V, de Valk H, Baron A
Année de publication : 2004
Pages : 192 p.