Cas groupés de légionellose, Paris-Austerlitz. Juillet-septembre 2006. Rapport d'investigation

Publié le 1 December 2007
Mis à jour le 10 septembre 2019

Au début du mois de septembre 2006, un foyer de cas groupés de légionellose a été détecté dans un secteur du sud de la capitale par la Dass de Paris. L'investigation mise en place par la Cire Île-de-France a impliqué différentes Ddass de la région, le Desus, le Stiiic, l'InVS et le CNR des legionella de Lyon. Elle a comporté trois volets : épidémiologique, microbiologique et environnemental. Les patients ont été interrogés sur leurs déplacements dans les 10 jours précédant le début des signes et les cas ont été recherchés sur la totalité du territoire national ainsi qu" à travers Ewgli et EWRS. Au total, 29 cas ont été identifiés dont 2 cas par Ewgli. Tous les patients avaient présenté un tableau de pneumopathie avec un antigène urinaire positif (Lp1). Pour 7 patients, une souche clinique a pu être isolée. Le début des signes des cas s'étalait du 28 juillet au 3 septembre 2006. L'âge médian des patients était de 53,5 ans [min=21 ; max=86] avec un sex-ratio de 6,2 et une létalité de 10 % (3 décès). Les patients interrogés ont tous déclaré avoir fréquenté un secteur localisé autour de la gare d'Austerlitz et la Bibliothèque nationale de France. Sur ce secteur, 25 sites totalisant 95 tours aéroréfrigérantes (TAR) ont été investigués. Parmi ces sites, 5 avaient présenté des résultats anormaux lors des contrôles réglementaires sans preuve d'un retour à la normale. Toutes les TAR contaminées ont fait l'objet de mesures de correction supervisées par le Stiiic. Sur le plan bactériologique, les 7 souches cliniques des patients ont été comparées par le CNR aux souches environnementales provenant de trois sites, par électrophorèse en champ pulsé. Les souches provenant de 6 patients se sont avérées identiques à celles des TAR de la gare d'Austerlitz, identifiée pour la première fois par le CNR. La souche du 7e patient s'est révélée différente des souches isolées dans les autres TAR et différente également de la souche endémique "Paris". Les TAR de la gare ont été interrompues dès le 7 septembre et définitivement stoppées le 9 septembre 2006. Aucun nouveau cas n'a été enregistré après le 3 septembre.(R.A.)

Auteur : Dejour Salamanca D, Thos AL, Pavageau Y, Cosson C
Année de publication : 2007
Pages : 13 p.