La sous-déclaration de la légionellose en France. Pour une surveillance plus active

Publié le 22 Septembre 1998
Mis à jour le 5 juillet 2019

La légionellose est transmise par l'inhalation d'aérosols d'eau contaminés par différentes espèces de Legionella. Ces bactéries sont souvent détectées dans les installations d'eau faites par l'homme et leur croissance est accélérée dans l'eau chaude. Les systèmes de distribution d'eau chaude et les tours de refroidissement des systèmes de climatisation sont les sources d'infection les plus fréquemment identifiées. En France, la surveillance de la légionellose a débuté en 1987 avec un système de déclaration obligatoire à partir des cliniciens. Entre 1988 et 1995, cinquante-quatre cas en moyenne ont été déclarés chaque année et 6 agrégats de cas nosocomiaux ont été identifiés. Pour déterminer le niveau de sous-déclaration et évaluer la faisabilité d'un système de déclaration basé sur les laboratoires, une enquête a été menée dans les laboratoires des hôpitaux publics. Les cas identifiés à travers cette enquête ont été appariés aux cas identifiés dans le système de déclaration et au Centre National de Référence des Legionella pour estimer le nombre de cas diagnostiqués en France en 1995. (adapté du texte)

Auteur : Infuso A, Hubert B, Etienne J
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 1998, n°. 38, p. 165-7