Préparation à la lutte contre une pandémie grippale

Publié le 1 Juin 2005
Mis à jour le 10 septembre 2019

À la demande du ministère de la Santé, nous avons estimé le nombre d'événements de santé (cas, hospitalisation et décès) attendus au cours d'une pandémie grippale et comparé l'impact et le coût de mesures de contrôle. Nous avons ensuite estimé le nombre hebdomadaire d'admissions et de journées d'hospitalisation. Un modèle de Monte Carlo a fourni des événements de santé (ES) par âge et groupe à risque. Les taux d'ES provenaient de la littérature ou d'experts. La vaccination et l'utilisation des antiviraux en prophylaxie ou curatif ont été comparés chez les sujets à risque, les populations prioritaires pour le maintien du fonctionnement des services essentiels et l'ensemble de la population. Sans intervention, une pandémie pourrait entraîner jusqu'à 20,9 millions de cas, 0,2 millions de décès et 1,0 million d'hospitalisations en France. Avec un taux d'attaque à 25%, 1300 à 86 000 décès pourraient être évités selon la population cible et l'intervention. La vaccination est à priviligier si le vaccin est disponible. Si non la prophylaxie saisonnière est à préférer pour la population prioritaire et le traitement en curatif pour les groupes à risque. Le nombre hebdomadaire d'admissions pourrait augmenter de 46 % par rapport aux valeurs observées dans les épidémies courantes et le nombre de journées d'hospitalisation de 132 %. Ce travail a permis de comparer des interventions et montre le rôle important des antiviraux. Ses principales limites sont un modèle statique et les incertitudes qui accompagnent les valeurs des paramètres. Des critères d'admission et de sortie de l'hôpital auront un rôle prépondérant pour limiter l'encombrement hospitalier. (R.A.)

Auteur : Doyle A, Bonmarin I, Levy Bruhl D, Le Strat Y, Desenclos JC
Année de publication : 2005
Pages : 29 p.