Epidémie de grippe A(H1N1)2009 dans une colonie de vacances, Haute-Savoie, France, août 2009. Numéro thématique. Epidémie de grippe A(H1N1) 2009 : place de la surveillance et de l'investigation des cas groupés

Publié le 21 Septembre 2010
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction - Le 19 août 2009, plusieurs cas de syndromes gastrointestinaux accompagnés de fièvre survenus dans un centre de vacances en Haute Savoie sont signalés à la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales (Ddass). Les prélèvements nasopharyngés réalisés permettent de confirmer la présence du virus A(H1N1)2009. Conformément au protocole national, une investigation de cas groupés de grippe A(H1N1)2009 est initiée par la Ddass 74 et la Cellule de l'InVS en région Rhône Alpes, dès le 21 août. Méthodes - Il s'agissait d'une enquête rétrospective. Elle a porté sur 26 enfants originaires de la région parisienne (12 filles et 14 garçons ; âge médian : 8 ans) et 6 adultes (encadrants) dont le séjour s'est déroulé du 17 au 30 août 2009. Les cas ont été investigués à l'aide d'un questionnaire standard (données démographiques, date de début des signes, signes cliniques et évolution dans le temps, modalités et conditions de transport jusqu'au centre de vacances). Résultats - Vingt et un (21) enfants répondaient à la définition de cas confirmé ou probable (taux d'attaque = 80 %). Pour les adultes, 50 % répondaient à la définition de cas probable. Le pic épidémique a été atteint le 19 août à 5 h 00 du matin. Les derniers cas sont survenus le 20 août. Tous les malades avaient participé au voyage d'acheminement en TGV. Le temps moyen d'incubation a été estimé à 41 heures (extrêmes : 3471 heures). Parmi les 24 personnes ayant présenté des signes de type grippaux (21 enfants et 3 adultes), des symptômes respiratoires ont été déclarés par 83 % des cas, des maux de tête survenus le premier jour par 80 % des cas, et des vomissements par 48 % des malades. Aucune forme sévère n'a été recensée. L'enfant considéré comme cas index était malade au départ du train. La plupart des enfants n'ont pas eu de contacts rapprochés avec cet enfant. Conclusion - Cet épisode infectieux a permis de suspecter rapidement la présence de cas groupés de grippe A(H1N1) dans un centre de vacances et d'intervenir précocement. La dynamique de l'épidémie a orienté l'investigation vers la recherche d'un mode de transmission particulier. Le début très brutal de cet épisode (nuit du mercredi 19 août) était en faveur d'une exposition commune à un cas index. L'hypothèse très forte d'une contamination pendant le trajet en TGV pose la question du rôle joué par le système d'aération du train. Des signes cliniques décrits comme très fréquents (céphalées, signes digestifs) et peu évocateurs d'un syndrome grippal ont été rapportés. Enfin, cet épisode a mis en évidence l'intérêt de la mise en place de mesures barrière précoces pour éviter la propagation de l'épidémie dans l'ensemble du centre. (R.A.)

Auteur : Encrenaz N, Dennetiere G, Rey S, Pestre V, Fabre B
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2010, n°. 34-35-36, p. 375-7