Apport des modélisations des épidémies dans la décision de santé publique : exemple de la pandémie grippale

Publié le 1 December 2007
Mis à jour le 10 septembre 2019

Avec la menace d'une pandémie grippale, les travaux de préparation se sont multipliés dans le monde et plusieurs équipes ont modélisé l'impact de mesures de contrôle sur une pandémie grippale. Nous avons revu les travaux de modélisation menés depuis 2003 et discuté l'apport de ces travaux dans les choix de santé publique en France. Ces études ont montré que, sous certaines conditions, il était envisageable de stopper une pandémie à sa source. En cas d'échec, il était possible d'arrêter un foyer naissant à partir de cas importés dans une communauté mais la quantité d'antiviraux nécessaire serait vite prohibitive si le nombre de foyers se multipliait. L'utilisation d'antiviraux, en préventif ou en curatif, au cours d'une pandémie permettrait de réduire le nombre d'hospitalisations mais aussi l'incidence. Enfin, si certaines mesures mises en place seules pourraient contrôler une pandémie tant que le taux de reproduction est modéré, une combinaison de mesures deviendrait le seul moyen de la contrôler pour des taux de reproduction plus élevés. Les résultats des modèles ont été pris en compte à plusieurs reprises dans les recommandations d'utilisation des antiviraux en France.

Auteur : Bonmarin I, Levy Bruhl D
Médecine et maladies infectieuses, 2007, vol. 37, n°. S3, p. S204-9