Incidence élevée de la coqueluche aux Pays-bas depuis l'épidémie de 1996

Publié le 1 December 1999
Mis à jour le 5 juillet 2019

L'incidence de la coqueluche aux Pays-Bas, mesurée à partir des déclarations de cas, a brutalement augmenté en 1996 pour atteindre 27,2 cas pour 100 000 habitants, alors que la moyenne entre 1989 et 1995 était de 2,3 pour 10 000 habitants. Si les augmentations antérieures enregistrées en 1989-1990 et en 1994 correspondaient au schéma classique observé dans d'autres pays, à savoir des cycles épidémiques de coqueluche tous les 3 à 5 ans, l'épidémie de 1996 était imprévue. Elle ne pouvait être expliquée par un changement de la qualité du vaccin, par une interférence avec la vaccination contre Haemophilus influenzae type b mise en place en 1993, ni par une baisse de la couverture vaccinale. En réponse à l'épidémie, un vaccin à germes entiers contenant un taux plus élevé de toxine pertussique a été introduit dans le calendrier vaccinal en novembre 1997. De plus, depuis janvier 1999, les nourrissons sont vaccinés contre la coqueluche à 2,3,4 et 11 mois (au lieu de 3,4,5 et 11 mois), afin de protéger les plus jeunes qui risquent de développer une forme grave de la maladie. On ne connaît pas encore l'impact de ces mesures. Le Conseil national de la santé se penche sur la question de l'utilité d'un rappel. Ainsi donc, une surveillance, basée sur plusieurs sources de données, doit se poursuivre afin d'évaluer les effets de ces mesures. (R.A.)

Auteur : de Melker H, Schellekens JF, Neppelenbroek SE, Conyn van Spaendonck MA
Eurosurveillance, 1999, vol. 4, n°. 12, p. 133-4