Épidémiologie de la coqueluche en France

Publié le 1 Mars 2001
Mis à jour le 5 juillet 2019

Malgré l'atteinte de niveaux de couverture vaccinale très élevés depuis plus de 30 ans avec un vaccin dont le pouvoir protecteur a été confirmé par les données de surveillance et d'investigations d'épidémies, la coqueluche n'a pas été éliminée en France. Les données d'une enquête multicentrique hospitalière réalisée en 1993-94, ainsi que celles obtenues à travers le réseau de surveillance hospitalier pédiatrique Renacoq établi à la suite de cette étude, ont permis de caractériser l'épidémiologie actuelle de la maladie et de comprendre la raison de la persistance de la circulation de Bordetella pertussis. Une durée de protection conférée par la vaccination d'environ dix ans a conduit, dans un contexte d'absence de rappel naturel lié à la réduction de la circulation de la bactérie sauvage, à la constitution d'un réservoir de grands enfants et jeunes adultes susceptibles. Ceux-ci constituent, en particulier dans les départements où la couverture vaccinale est la plus élevée, la principale source de contamination des très jeunes nourrissons avant qu'ils n'aient pu être protégés par une série vaccinale complète. Ce constat a été à la base de l'introduction en 1998 dans le calendrier vaccinal français, d'un rappel de vaccination contre la coqueluche à 11-13 ans, reposant sur l'utilisation des nouveaux vaccins acellulaires. Le suivi de l'impact de cette mesure en particulier sur l'incidence de la maladie dans la première année de vie est effectuée par les pédiatres et bactériologistes volontaires participant au réseau Renacoq.

Auteur : Baron S, Haeghebaert S, Levy Bruhl D, Laurent E, Guiso N
Médecine et maladies infectieuses, 2001, vol. 31, n°. Suppl 1, p. 12-9