Rôle du médecin généraliste dans la détection précoce de la BPCO.

Publié le 3 Juillet 2007
Mis à jour le 10 septembre 2019

Le médecin généraliste est en première ligne pour assurer le diagnostic précoce d'une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), affection fréquente, grave et coûteuse. L'identification des sujets à risque peut être large et conduire à la pratique d'une mesure du souffle à l'aide d'un mini spiromètre électronique, au cabinet du médecin formé à son usage, chez tout sujet de plus de 40 ans ayant fumé plus de 10 paquets-années. Une autre approche est d'utiliser un questionnaire standardisé qui peut être auto administré, et de faire pratiquer une mesure du souffle chez les sujets à forte probabilité d'obstruction bronchique. Cette option est d'autant plus intéressante que les ressources médicales sont limitées. Il a été démontré que la mise en place d'une démarche de détection précoce de la BPCO conduit à une amélioration du nombre de diagnostics réalisés et à une meilleure prise en charge. Associé à une aide au sevrage, la découverte d'un syndrome obstructif peut majorer le nombre d'arrêts du tabagisme. (R.A.)

Auteur : Housset B, Serrier P, Stach B
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2007, n°. 27-28, p. 248-50