Analyse commentée. Association entre niveaux de moisissures à l'intérieur des habitations et symptômes respiratoires au cours de la première année de vie dans une cohorte d'enfants à risque d'asthme. Numéro thématique. Moisissures dans l'air intérieur et santé

Publié le 1 December 2005
Mis à jour le 10 septembre 2019

Cet article est une analyse commentée de l'étude suivante : Gent JF, Ren P, Belanger K, Triche E, Bracken MB, Holford TR, Leaderer BP. Levels of household mold associated with respiratory symptoms in the first year of life in a cohort at risk for asthma. Environ Health Perspect. 2002 Dec;110(12):A781-6. Champignons et moisissures sont des allergènes ubiquitaires de notre environnement. L'association entre exposition aux moisissures et asthme ou symptômes respiratoires est connue, mais la causalité de l'association est discutée. L'objectif de cette étude était d'estimer la relation entre les niveaux d'expositions à certaines moisissures et la survenue de symptômes (sifflements et toux chronique) dans une cohorte d'enfants à risque d'asthme. Dans beaucoup d'études, l'exposition aux moisissures a été établie sur la base de questionnaires, et il n'y a pas nécessairement de corrélation entre la présence de moisissures visibles rapportées à l'interrogatoire et les mesures objectives de la présence de moisissures dans des prélèvements aériens ou de poussières. Cette étude prospective sur une cohorte de naissance avec une mesure ponctuelle des moisissures présentes dans l'environnement domestique est donc intéressante et semble attester le lien entre exposition précoce à Penicillium et risque d'asthme. Cette étude présente néanmoins certaines limites. (Extrait de l'article)

Auteur : Bex V, Fuhrman C
Extrapol. Epidémiologie et pollution atmosphérique. Analyse critique des publications internationales, 2005, n°. 27, p. 22-4