Mise en place d'une surveillance spatialisée des malformations congénitales à La Réunion : choix méthodologiques

Publié le 23 Janvier 2018
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction : le Registre des malformations congénitales de La Réunion (Remacor) assure la surveillance de ces pathologies à des fins de santé publique et de recherche. Cette surveillance consiste en un recueil exhaustif des cas et en l'analyse temporelle de leur survenue. Afin de permettre leur analyse spatiale et la détection de signaux sanitaires, le Remacor a géocodé rétroactivement les données et mis en place une surveillance spatialisée, dont les choix méthodologiques sont présentés ici. Matériel et méthodes : chaque cas est géolocalisé conformément à l'adresse de la mère. Les prévalences relatives aux naissances sont ensuite calculées par agrégation des cas selon les différentes échelles administratives. Le choix de l'échelle est déterminé à l'aide d'un test de Poisson qui permet d'estimer le nombre de naissances minimum nécessaire pour réaliser l'analyse de manière statistiquement significative, puis d'un compromis entre cette significativité de l'information, la complétude des données et la résolution spatiale. Résultats : il a été possible de géolocaliser 95% des cas. Différentes méthodes de détection d'agrégats de cas ont été utilisées afin de repérer les zones les plus touchées. Enfin, les agrégats détectés à différentes échelles ont été intersectés pour calculer un indice d'appartenance à 1, 2 ou 3 échelles. Discussion et conclusion : la base de données spatialisée mise en place permet aujourd'hui au Remacor de prendre en compte l'hétérogénéité spatiale de la distribution des malformations congénitales les plus fréquentes pour informer les acteurs de la santé publique.

Auteur : Randrianaivo H, Bertaut Nativel B, Andre M, Irabe M, Robillard PY, Boumahni B, Mangeas M, Roux E, Brou TY, Gerardin P, Filleul L, Herbreteau V
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2018, n°. 2, p. 38-44