Prévalence de l'hypertension artérielle en population générale à la Martinique

Publié le 1 Février 2009
Mis à jour le 10 septembre 2019

Position du problème - Depuis 1996, l'hypertension artérielle (HTA) a été identifiée comme l'une des priorités de santé en Martinique, mais sa prévalence en population générale n'avait jamais été mesurée. Par ailleurs, l'obésité est en progression dans de nombreux pays et il est reconnu que les personnes obèses sont plus volontiers hypertendues que les personnes ayant un indice de masse corporelle (IMC) normal. L'objectif de cette étude est de mesurer la prévalence de l'HTA dans la population générale martiniquaise et d'étudier la relation entre l'HTA, le statut pondéral et le niveau socioéconomique. Méthodes - Il s'agit d'une enquête en population générale par tirage aléatoire d'îlots géographiques, puis de foyers par îlot, dont tous les membres constituent la population éligible. L'HTA est définie par une pression systolique supérieure à 140 mmHg et/ou une pression diastolique supérieure à 90 mmHg et/ou la prise d'un traitement antihypertenseur. Le statut pondéral est estimé par l'IMC. Résultats - L'étude a porté sur 1504 personnes âgées de 16 ans et plus avec un sex-ratio de 0,7 et une moyenne d'âge de 48,3 ans chez les hommes et de 48,5 ans chez les femmes ; p = 0,88. La prévalence de l'HTA dans l'échantillon de 29 % [IC95 % : 25,9-31,8] passe à 22,5 % [IC95 % : 20,1-25,1] en données redressées. La prévalence du surpoids est de 33,1 % [IC95 % : 30,2-36,6] et celle de l'obésité de 20,1 % [IC95 % : 17,8-22,6]. La surcharge pondérale est plus fréquente chez les hypertendus que chez les normotendus, 73,0 % versus 47,4 % ; p < 0,001. Chez les hypertendus, la surcharge pondérale ne diffère pas significativement entre les hommes et les femmes, mais une prévalence plus élevée de sujets obèses est retrouvée chez les femmes (35,7 % contre 20,6 % ; p < 0,05). Conclusion - Cette enquête confirme la forte prévalence de l'HTA et de l'obésité dans la population martiniquaise. Des actions de prévention sont nécessaires pour réduire le risque cardiovasculaire dans cette population.(R.A.)

Auteur : Merle S, Pierre Louis K, Rosine J, Cardoso T, Inamo J, Deloumeaux J
Revue d'épidémiologie et de santé publique, 2009, vol. 57, n°. 1, p. 17-23