Investigation of a sudden Malaria outbreak in the isolated amazonian village of Saul, French Guiana, january-april 2009

Publié le 1 Avril 2012
Mis à jour le 9 septembre 2019

Abstract. Malaria is endemic in French Guiana. Plasmodium falciparum and Plasmodium vivax are the predominant species responsible and Anopheles darlingi is described as the major vector. In mid-August 2008, an increase in malaria incidence was observed in Saül. A retrospective cohort survey was performed. In vitro susceptibility profiles to antimalarials were determined on P. falciparum isolates. Collections of mosquitoes were organized. The malaria attack rate reached 70.6/100. The risk of malaria increased for people between 40 and 49 years of age, living in a house not subjected to a recent indoor residual insecticide spraying or staying overnight in the surrounding forest. All isolates were susceptible. Anopheles darlingi females and larvae were collected in the village suggesting a local transmission. Our results strongly support a role of illegal mining activities in the emergence of new foci of malaria. Therefore, public health authorities should define policies to fight malaria at a transborder level.(R.A.) Traduction du résumé : Le paludisme est endémique en Guyane française. Les espèces prédominantes qui en sont responsables sont Plasmodium falciparum et Plasmodium vivax, et Anopheles darlingi est décrit comme étant le principal vecteur. À la mi-août 2008, une augmentation de l'incidence du paludisme a été observée dans le village de Saül. Une enquête de cohorte rétrospective a été réalisée. La résistance de souches de P.falciparum responsables d'accès palustre a été évaluée dans le cadre de la surveillance de la résistance du paludisme. Des collectes de moustiques ont été organisées. Le taux d'attaque du paludisme a atteint 70,6/100. Le risque de contracter le paludisme était plus important chez les personnes âgées entre 40 et 49 ans, vivant dans une maison qui n'avait pas été soumise à une pulvérisation intradomiciliaire d'insecticide à effet rémanent ou ayant passé la nuit dans la forêt environnante. Toutes les souches isolées étaient sensibles. Des femelles et des larves de l'espèce Anopheles darlingi ont été recueillies dans le village, suggérant une transmission locale. Nos résultats appuient fortement le rôle qu'ont pu jouer les activités minières illégales dans l'émergence de nouveaux foyers de paludisme. C'est la raison pour laquelle les autorités de santé publique doivent définir des politiques visant à lutter contre le paludisme à un niveau transfrontalier. (Traduction effectuée par la Cellule de Valorisation Editoriale - CeVE - de l'InVS).

Auteur : Berger F, Flamand C, Musset L, Djossou F, Rosine J, Sanquer MA, Dusfour I, Legrand E, Ardillon V, Rabarison P, Grenier C, Girod R
American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, 2012, n°. 4, p. 591-7