Situation épidémiologique des arboviroses dans les Antilles. Point au 10 juillet 2015.

Publié le 20 Juillet 2015
Mis à jour le 12 mai 2019

Analyse de la situation épidémiologique

Conclusions pour la GuadeloupeL'activité des arbovirus (dengue et chikungunya) en Guadeloupe a été très calme au cours des deux derniers mois. Les indicateurs collectés à la fois au niveau de la médecine de ville mais également au niveau des structures hospitalières sont très bas. Ils sont largement en dessous des valeurs maximales attendus en ce qui concerne la dengue.

Conclusions pour la MartiniqueLa Martinique connait une situation particulièrement calme vis-à-vis de la circulation des arbovirus (dengue et chikungunya). Tous les indicateurs de surveillance épidémiologique sont à des niveaux très bas et aucune activité particulière n'a été identifiée au cours de ces deux derniers mois dans les différentes communes du département.

Conclusions pour Saint MartinDengueLa circulation des virus de la dengue reste modérée à Saint-Martin, même si fin mai 2015, une légère augmentation des consultations a été enregistrée. Cette tendance ne s'est pas confirmée durant le mois de juin.

ChikungunyaLe nombre hebdomadaire de consultations pour suspicion de chikungunya est à son niveau le plus bas depuis plusieurs semaines. Depuis le 8 juin, aucune consultation n'a été enregistrée pour une forme aigue de la maladie.

Conclusions pour Saint BarthélemyL'activité des arbovirus (dengue et chikungunya) à Saint-Barthélemy est restée très calme au cours des deux derniers mois. La circulation de ces virus a été très sporadique durant le mois de mai et nulle en juin.

Année de publication : 20/07/2015