Epidemiological assessment of the severity of dengue epidemics in French Guiana

Publié le 7 Février 2017
Mis à jour le 10 septembre 2019

Background: dengue fever is the most important arboviral infection that affects humans, particularly in tropical and subtropical regions. Here, we provide the first comprehensive overview of the severity of dengue epidemics in French Guiana. Methodology/Principal findings: we monitored hospitalized cases between 2008 and 2013. Detailed clinical features and biological parameters were collected on a daily basis from all cases. Among the 1,356 cases, 216 (16%) were classified according to the WHO 2009 classification as dengue without warning signs (WS), 926 (68%) were classified as dengue with WS and 214 (16%) were classified as severe dengue. The severity rates were similar between the three major epidemics that occurred during the study period, whereas the hospitalization rate was highest in 2013. Fluid accumulation, aspartate aminotransferase (ASAT) counts>193 IU/L and platelet counts<75,000 cells/mm3 were associated with dengue severity. Conclusions/Significance: our findings provide a recent epidemiological description of the severity of dengue epidemics in French Guiana. These results highlight the potential impacts and consequences of implementing the WHO 2009 classification on hospital activity. Future studies should include virological and immunological investigations of well-documented serum samples. Traduction du résumé : La fièvre dengue est l'infection arbovirale la plus importante qui affecte l'homme, en particulier dans les régions tropicales et sous-tropicales. Cet article présente le premier aperçu complet de la gravité des épidémies de dengue en Guyane française. Nous avons surveillé les cas hospitalisés entre 2008 et 2013. Les caractéristiques cliniques et les paramètres biologiques détaillés ont été recueillis quotidiennement auprès de tous les cas. Parmi les 1 356 cas, 216 (16%) ont été classés selon la classification de l'OMS 2009 en tant que dengue sans signes d'alerte (SS), 926 (68%) ont été classés en tant que dengue avec signes d'alerte et 214 (16%) ont été classés en tant que dengue sévère. Les taux de gravité étaient identiques entre les trois principales épidémies survenues pendant la période d'étude, tandis que le taux d'hospitalisation était le plus élevé en 2013. Une accumulation liquidienne, une numération des enzymes aspartate aminotransférase (ASAT) > 193 UI / L et un nombre de plaquettes <75 000 cellules / mm3 étaient associés à la gravité de la dengue. Nos résultats fournissent une description épidémiologique récente de la gravité des épidémies de dengue en Guyane française. Ces résultats mettent en évidence les impacts et les conséquences potentiels de la mise en oeuvre de la classification 2009 de l'OMS sur l'activité hospitalière. Les études futures devront inclure des investigations virologiques et immunologiques sur des échantillons de sérum correctement documentés. (Traduction effectuée par l'Unité de valorisation scientifique de la Direction de la communication et du dialogue avec la société, de Santé publique France).

Auteur : Flamand C, Fritzell C, Prince C, Abboud P, Ardillon V, Carvalho L, Demar M, Boukhari R, Papaix Puech M, Elenga N, Rousset D, Matheus S, Nacher M, Quenel P, Djossou F
PloS one, 2017, vol. 12, n°. 2, p. e0172267