Autochthonous dengue outbreak in Nîmes, South of France, July to September 2015

Publié le 1 Mai 2016
Mis à jour le 10 septembre 2019

In August and September 2015, seven locally acquired cases of dengue virus type 1 (DENV-1) were detected in Nîmes, south of France, where Aedes albopictus has been established since 2011. Epidemiological and entomological investigations allowed to steer vector control measures to contain transmission. An imported case from French Polynesia with onset fever on 4 July was identified as primary case. This outbreak occurred from 8 August to 11 September in a 300 m radius area. Six sprayings to control mosquitos were performed in the affected area. We describe the first considerable dengue outbreak in mainland France where only sporadic cases of autochthonous dengue were recorded previously (2010, 2013 and 2014). The 69 day-period between the primary case and the last autochthonous case suggests multiple episodes of mosquito infections. The absence of notification of autochthonous cases during the month following the primary case's symptoms onset could be explained by the occurrence of inapparent illness. Recurrence of cases every year since 2013, the size of the 2015 outbreak and continuing expansion of areas with presence of Ae. albopictus highlight the threat of arboviral diseases in parts of Europe. Thus, European guidelines should be assessed and adjusted to the current context. Traduction du résumé : En août et septembre 2015, sept cas autochtones de dengue de sérotype 1 (DENV-1) ont été détectés dans un quartier de Nîmes, dans le sud de la France, où Aedes albopictus est implanté depuis 2011. Des enquêtes épidémiologiques et entomologiques ont permis de guider les mesures de lutte antivectorielle afin de contrôler la transmission. Un cas importé de Polynésie française ayant présenté de la fièvre le 4 juillet a été identifié comme cas index. Cette épidémie a eu lieu du 8 août au 11 septembre dans un rayon de 300 mètres. Six traitements adulticides ont été pulvérisés dans le quartier concerné. A notre connaissance, il s'agit de la première épidémie de dengue en France métropolitaine où seuls des cas sporadiques avaient été détectés par le passé (2010, 2013 et 2014). La période de 69 jours entre le cas index et le dernier cas autochtone suggère que plusieurs générations de moustiques ont été infectés. L'absence de cas autochtones signalés durant le mois suivant l'apparition des signes chez le cas importé suggère l'existence de cas asymptomatiques. Le signalement de cas chaque année depuis 2013, la taille de l'épidémie 2015 et la colonisation expansive d'Ae. albopictus soulignent la menace des arboviroses dans certaines parties de l'Europe. Par conséquent, les recommandations européennes devraient être évaluées et adaptées au contexte. (Traduction effectuée par l'Unité de valorisation scientifique de la Direction de la communication et du dialogue avec la société de Santé publique France).

Auteur : Succo T, Leparc Goffart I, Ferre J, Roiz D, Broche B, Maquart M, Noel H, Catelinois O, Entezam F, Caire D, Jourdain F, Esteve Moussion I, Cochet A, Paupy C, Rousseau C, Paty M, Golliot F
Eurosurveillance, 2016, vol. 21, n°. 21, p. pii=30240