Vaccination contre la varicelle

Publié le 1 Janvier 2009
Mis à jour le 5 juillet 2019

Objectifs - La disponibilité récente de vaccins contre la varicelle, monovalents ou combinés avec des vaccins contre la rougeole, la rubéole et les oreillons a conduit le Comité technique des vaccinations à étudier la pertinence de la vaccination des nourrissons. Méthodes - L'analyse s'est basée sur les caractéristiques du vaccin et les données épidémiologiques disponibles concernant la varicelle. Une modélisation mathématique de l'impact de la vaccination, prenant en compte ses effets directs et indirects pour différents niveaux de couverture vaccinale, a été effectuée. Résultats - Malgré le poids épidémiologique de la varicelle liée à sa très grande fréquence, le profil de tolérance satisfaisant du vaccin et le probable bénéfice économique de la vaccination du nourrisson, la balance bénéfice-risque d'une telle stratégie a été jugée défavorable. La principale raison en a été le risque d'augmentation de l'incidence des cas chez l'adulte, lié à une durée de protection et une couverture vaccinale insuffisantes. Discussion - La stratégie de vaccination choisie a consisté en une vaccination ciblée sur les sujets de tous âges, à risque de varicelle grave ou à risque de transmission du virus à de telles personnes. Cette analyse illustre la difficulté de la décision vaccinale. Elle montre la nécessité de recourir à des modèles permettant de prendre en compte, au-delà des bénéfices individuels liés à la protection des sujets vaccin.

Auteur : Levy Bruhl D
Antibiotiques, 2009, n°. 11, p. 185-9