Enquête nationale de couverture vaccinale, France, janvier 2011. Couverture vaccinale contre la grippe saisonnière dans les groupes cibles et mesure de l'efficacité vaccinale. Couverture vaccinale par les vaccins diphtérie-tétanos-poliomyélite (dTP) et antipneumococcique chez les personnes âgées de 65 ans et plus

Publié le 1 December 2011
Mis à jour le 9 septembre 2019

L'objectif principal de cette enquête était de mesurer la couverture vaccinale contre la grippe 2010-2011 dans quatre groupes cibles de cette vaccination, et d'évaluer l'impact éventuel de la polémique ayant entouré la campagne de vaccination contre la grippe pandémique (2009-2010) sur la couverture grippale l'année suivante (2010-2011). Nous avons également évalué les couvertures vaccinales diphtérie-tétanos-poliomyélite (dTP) et antipneumococcique chez les personnes âgées de 65 ans et plus. Nous avons mené une enquête téléphonique par sondage aléatoire simple à deux degrés, menée en population générale en janvier 2011. La base de sondage était constituée de 70 000 numéros téléphoniques potentiellement attribués à un utilisateur. Les interviews ont été réalisées en utilisant un système d'entretiens téléphoniques assistés par ordinateurs (système CATI). Au total, 1 083 personnes ont été incluses. Parmi les personnes âgées de 65 ans et plus, 44 % étaient à jour de leur rappel décennal dTP et 4,8 % déclaraient être vaccinées contre les infections à pneumocoque depuis moins de 5 ans. Les couvertures vaccinales contre la grippe étaient de 71,0 % chez les personnes de 65 ans et plus avec pathologie sous-jacente, de 57,8 % chez les personnes de 65 ans et plus sans pathologie sous-jacente, de 46,6 % chez les personnes âgées de moins de 65 ans avec pathologie sous-jacente et de 27,6 % chez les professionnels de santé. La présence de la souche pandémique A(H1N1)pdm09 dans la vaccin saisonnier était rarement (7 %) une raison de non-vaccination. L'efficacité vaccinale pour éviter les formes graves de grippe était de 72 % chez les sujets âgés de 65 ans et plus avec pathologie sous-jacente et de 80 % chez les sujets de moins de 65 ans avec pathologie sous-jacente. Les couvertures vaccinales n'étaient pas significativement plus basses comparées à la saison précédente, ce qui suggère l'absence d'impact de la polémique entourant la campagne pandémique. Nos résultats différaient de ceux de la CnamTS pour la même saison grippale (entre 5 et 10 % inférieurs à nos estimations ponctuelles). Néanmoins, les deux sources montraient des couvertures inférieures à la cible de 75 % dans tous les groupes ciblés, ce qui souligne la nécessité de mettre en oeuvre les mesures de santé publique susceptibles d'améliorer la couverture vaccinale.(R.A.)

Auteur : Guthmann JP
Année de publication : 2011
Pages : 21 p.