Le point sur la rougeole à la Réunion et à Mayotte, juin 2018.

Publié le 30 Janvier 2019
Mis à jour le 9 mai 2019

La France est toujours endémique vis-à-vis de l'infection et de nouvelles épidémies à l'image de la recrudescence de cas observée en France métropolitaine depuis novembre 2017 restent possibles. Aucun département n'est à l'abri d'une extension de la circulation virale, d'autant que l'objectif de 95% de couverture vaccinale pour les 2 doses de vaccin, requis pour permettre l'élimination de la maladie n'est atteint dans aucun département.

En Europe, en Asie et en Afrique, des épidémies sont en cours dans de nombreux pays.

A la Réunion, début janvier 2019, un foyer épidémique de rougeole est identifié. Entre 2010 et 2018 à La Réunion : cas sporadiques importés de zones d'endémie et 2 épisodes épidémique modérés de rougeole autochtone. Le premier en  2011 : 33 cas autochtones, 0 décès, durée de 11 semaines, cas index inconnu), et le second en 2017  (1 cas importé de Thaïlande-cas index- ayant donné lieu à  4 cas autochtones, durée de 2 semaines)

A Mayotte, depuis la mise place de la DO en 2009, 3 cas de rougeole ont été déclarés en décembre 2018. En 2005-2006, une épidémie avait touché l'ile avec 1 269 cas enregistres (soit un taux d'attaque de 0,7%) dont 47 cas ont été hospitalises (3,7% des cas). Les adolescents et adultes jeunes (10 à 19 ans) ainsi que les enfants de moins de un an ont été les plus touchés (respectivement 44,4% et 21,6% des cas).

La vérification du statut vaccinal vis-à-vis de la rougeole et, le cas échéant, la mise à jour est indispensable.

Année de publication : 30/01/2019