Foyers de rougeole survenus entre janvier 2008 et avril 2009 en France. Résultats d'une enquête auprès des Ddass et des Cire.

Publié le 20 Octobre 2009
Mis à jour le 10 septembre 2019

Devant la recrudescence de cas de rougeole apparue au printemps 2008 et se poursuivant en 2009, une enquête rétrospective par questionnaire a été conduite auprès de toutes les Directions départementales des affaires sanitaires et sociales (Ddass) et les Cellules interrégionales d'épidémiologie (Cire) sur les foyers épidémiques survenus en collectivité (hors milieux de soins) entre janvier 2008 et avril 2009. L'objectif était d'évaluer le nombre et l'ampleur des foyers, d'en décrire les caractéristiques, de mettre en évidence des liens épidémiologiques entre foyers, et de rapporter les difficultés rencontrées par les différents acteurs de terrain dans la gestion et l'investigation de ces foyers. Au total, 88 foyers épidémiques ont été rapportés au sein de 33 départements, dont les dates de début d'éruption du cas index s'échelonnaient du 3 mai 2008 au 7 mars 2009. Ces foyers ont totalisé 731 cas de rougeole dont 426 (59%) ont été identifiés par une recherche active, 373 (51%) ont fait l'objet d'une DO et 170 (23%) ont été confirmés biologiquement. Le nombre d'hospitalisés était de 31 et celui des complications sévères de 6, dont une encéphalite suivie du décès. L'information sur le statut vaccinal connue pour 555 cas montrait que 90% n'étaient pas vaccinés. Les couvertures vaccinales médianes des populations étaient de 56% et 51% pour la 1re et 2e dose respectivement. Des liens épidémiologiques entre foyers ont été cités pour 70% d'entre eux. Dans 58% des foyers, des difficultés ont été rencontrées par les Ddass et les Cire dans l'investigation et dans la mise en place de mesures de contrôle autour des cas, dues principalement aux signalements tardifs, à la réticence des familles, voire de certains médecins, notamment dans l'application des mesures vaccinales postexposition. Cette enquête souligne une sous-déclaration de la rougeole en France. Elle montre la difficulté à contenir la diffusion d'un foyer de rougeole en collectivité tant que la population concernée reste insuffisamment vaccinée. Une proposition de vaccinations collectives de rattrapage au sein des établissements scolaires ou autres collectivités quand un cas est déclaré pourrait être une option à envisager pour stopper la diffusion actuelle du virus.(R.A.)

Auteur : Stoll J, Dennetiere G, Collioud Marichallot L, Langely L, Escourolle D, Parent du Chatelet I
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2009, n°. 39-40, p. 419-23