Impact du changement de nomenclature médicale sur le diagnostic et la surveillance de la leptospirose en France

Publié le 7 Octobre 2008
Mis à jour le 10 septembre 2019

Environ 500 cas de leptospirose sont diagnostiqués tous les ans en France. La moitié de ces cas proviennent des Départements et Territoires d'Outremer, où le taux d'incidence peut être plus de 100 fois plus élevé qu'en métropole. L'Homme est généralement infecté par contact avec de l'eau contaminée par l'urine de rongeurs. L'arrêté ministériel paru dans le Journal officiel du 11 octobre 2005 notifie que le diagnostic sérologique de la leptospirose doit se réaliser par le test de dépistage par macro-agglutination, et que la technique de référence pour le diagnostic sérologique de la leptospirose, la MAT (Microscopic Agglutination Test), ne doit être utilisée qu'en cas de dépistage positif par macro-agglutination. Afin d'évaluer ce test de macro-agglutination comme test de dépistage pour le diagnostic sérologique de la leptospirose, 4 112 sérums reçus au Centre national de référence des Leptospires entre décembre 2006 et février 2008 ont été testés par macro-agglutination et MAT. La sensibilité, spécificité, valeurs prédictives positive et négative de ce test de dépistage sont de 62 %, 84 %, 33 %, et 95 %. En conclusion, le test de macro-agglutination utilisé comme test de dépistage a donné une sensibilité et spécificité non satisfaisantes. Nos résultats montrent qu'un nombre significatif d'individus peuvent avoir une leptospirose en dépit d'un test de macro-agglutination négatif. La MAT est un meilleur outil pour le diagnostic et l'identification des sérotypes de leptospires circulants.(R.A.)

Auteur : Picardeau M, Cornet M, Morel V, Sertour N, Chaumet D, Brachet E, Bourhy P
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2008, n°. 37, p. 329-31