Evaluation de la surveillance des infections à méningocoques en France en 1996 par la méthode capture-recapture

Publié le 1 Mai 2001
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction : En France la surveillance des infections à méningocoques (IM) est basée sur la déclaration obligatoire (DO) des cas. En 1989-1990, l'exhaustivité de la DO a été estimée à 51% par la méthode capture-recapture. Afin de connaître l'évolution de l'exhaustivité de la surveillance des IM nous avons réalisé une nouvelle étude capture-recapture à partir des données recueillies en 1996. Méthode : Un cas était défini comme un patient hospitalisé avec un diagnostic d'infection à méningocoque et pour lequel une souche de Neisseria meningitidis avait été isolée du sang ou du liquide céphalo-rachidien. Trois sources de données ont été comparées : 1) les fiches de DO remplies par les cliniciens ; 2) les cas pour lesquels la souche a été envoyée au Centre National de Référence des Méningocoques (CNRM) ; le réseau des laboratoires hospitaliers, EPIBAC, qui notifient mensuellement les cas survenus dans l'hôpital. Après l'identification des cas communs entre les sources nous avons estimé le nombre de cas déclarés dans chacune des sources par la méthode de régression log-linéaire. L'estimation du nombre total de cas survenus en France en 1996 a permis de calculer l'exhaustivité de la DO, du CNRM et d'EPIBAC en 1996. Résultats : Au total 415 cas d'IM ont été identifiés à partir des 3 sources (DO :285, CNRM :329, EPIBAC :231). 220 cas étaient communs entre la DO et le CNRM, 192 entre le CNRM et EPIBAC, et 145 entre la DO et EPIBAC. 127 cas étaient communs aux 3 sources. L'analyse des modèles log-linéaires a révélé une dépendance entre le CNRM et EPIBAC, des interactions entre sérogroupe et DO et sérogroupe et CNR et entre zone géographique et EPIBAC. Le meilleur modèle, (plus petit BIC) donnait un estimation de 460 cas (IC95% : 452-468) survenus en 1996 en France. Depuis 1990, l'exhaustivité de la DO a augmenté de 51% à 62% (IC95% : 61-63) et l'exhaustivité du CNRM a augmenté de 53% à 72% (IC95% :70-73). L'exhaustivité d'EPIBAC a été estimée à 49% (IC95% :45-54) en 1996. Conclusion : L'exhaustivité de la DO et du CNRM s "est améliorée de manière significative entre 1990 et 1996. La meilleure participation des cliniciens et des biologistes à la déclaration des IM est en grande partie responsable de cette amélioration. Ce travail démontre la valeur de la méthode capture-recapture pour évaluer les systèmes de surveillance et leur évolution. L'évaluation des tendances aux cours des années doit tenir compte de cette évolution. (R.A.)

Auteur : Perrocheau A
Année de publication : 2001
Pages : 41 p.