Évaluation médico-économique du dépistage du cancer du col de l'utérus en France. Numéro thématique. Vers la généralisation du dépistage organisé du cancer du col de l'utérus

Publié le 24 Janvier 2017
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction : l'Institut national du cancer a conduit une étude médico-économique de la généralisation du dépistage du cancer du col de l'utérus (CCU) afin d'évaluer l'efficience de différentes stratégies de dépistage organisé (DO). Méthodes : l'étude est fondée sur un modèle de microsimulation qui reproduit l'histoire naturelle du CCU. Les stratégies de DO incluaient la situation actuelle et des stratégies de DO avec invitation des femmes non-participantes au dépistage. Différents tests (frottis cervico-utérin (FCU), test HPV, double marquage immunochimique p16/Ki67) et plusieurs intervalles de dépistage (3, 5 et 10 ans) ont été évalués. Résultats : toutes les stratégies de DO testées permettent d'améliorer la couverture du dépistage du CCU et de diminuer l'incidence et la mortalité qui lui sont liées. Les réductions d'incidence et de mortalité étaient comprises entre 13% et 26% et les gains d'espérance de vie atteignaient 35 à plus de 60 ans pour 10 000 femmes. Les stratégies de " rationalisation de la participation du dépistage spontané ", " DO par FCU triennal avec auto-prélèvement HPV " et " DO par test HPV tous les 5 ans " constituaient la frontière d'efficience. Conclusion : conformément au Plan cancer 2014-2019, l'étude confirme l'intérêt de déployer en France un programme de DO du CCU (incluant l'invitation et la relance des femmes ne participant pas spontanément au dépistage) par FCU triennal puis, à terme, par test HPV tous les 5 ans.

Auteur : Barre S, Massetti M, Leleu H, de Bels F
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2017, n°. 2-3, p. 48-58