La typhoïde à Mayotte en 2007-2008

Publié le 6 Juillet 2010
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction - À Mayotte, île française de l'archipel des Comores dans l'Océan indien, les infections à transmission oro-fécale restent un problème majeur de santé publique. Dans ce contexte, nous décrivons les caractéristiques épidémiologiques, cliniques et biologiques des cas de fièvre typhoïde diagnostiqués à Mayotte en 2007 et 2008. Résultats - Durant ces deux années, 73 cas de typhoïde ont été diagnostiqués. Dix-neuf cas appartenaient à une épidémie survenue à Mamoudzou entre octobre et novembre 2008 dont la source n'a pu être identifiée. La grande majorité des patients sporadiques occupait un habitat précaire sans accès direct à l'eau et sans assainissement correct. Les patients de moins de 25 ans représentaient 75% des cas. Le délai moyen entre le début des symptômes et le diagnostic était de 6,6 jours. Sur les 73 patients, 18 présentèrent des complications (6 hémorragies digestives, 2 perforations intestinales, 4 complications biliaires, 5 complications cardiaques et 1 pancytopénie). Aucune souche de Salmonella Typhi résistante n'a été isolée. Il n'y a eu aucun décès. Nous exposons les anomalies biologiques. Discussion - Nous comparons la situation avec celle des autres territoires français et discutons l'intérêt de la vaccination anti-typhoïdique. Conclusion - La lutte contre la typhoïde ne pourra être gagnée que grâce à l'amélioration de l'habitat associée probablement à la vaccination. (R.A.)

Auteur : de Carsalade GY, Decrock C, Benoit Cattin T, Collet L, de Brettes A, Abdou MA
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2010, n°. 27-28, p. 301-4